Gestion des talents externes : place à la collaboration interne

Les talents externes sont-ils gérés en tant que fournisseurs ou ressources humaines ? En d’autres termes, leur gestion revient-elle au services Achats ou aux RH ? Une question centrale posée lors du workshop organisé en collaboration avec l’ABCAL, l’Association Belge des Cadres d’Achat, Logistique et Supply Chain.

Dans la salle sont réunis des acheteurs, des spécialistes RH et des représentants de plateformes VMS et MSP. Situation idéale pour lancer le débat autour de la question du jour. Mais pas de vrai débat sans d’abord annoncer le contexte. Fréderic Naedenoen du LENTIC (HEC Liège) apporte un éclairage académique sur l’évolution du marché du travail et son impact organisationnel : « La bonne gestion des talents externes représente un enjeu majeur en termes de ressources humaines, auquel les entreprises sont peu préparées. Les études démontrent pourtant que le service RH est souvent mis à l’écart dans ce processus. Et on ne le répètera jamais assez : attention aux aspects juridiques ! »

Découvrez l’avis des participants en vidéo:

Deux départements indispensables

Si la question posée aux participants semble opposer Procurement et RH, une position commune va très rapidement se dégager dans la salle : « Autant RH, que Achats ou le Business ont un rôle à jouer dans le cadre de leurs propres compétences. La gestion des talents externes n’est pas une exclusivité réservée à un département en particulier », souligne Denis Mikolajcszak d’IBA. Côté RH, Mee Ra Lepage d’Ethias nuance toutefois : « Même s’il faut bien sûr un responsable final, nous sommes devant une question de collaboration et non d’opposition de deux départements. »

Simplifier la gestion des talents externes

Dans un monde qui se digitalise de plus en plus, service Achats et RH sont amenés à utiliser des plateformes afin de gagner en efficacité. Et des exemples concrets feront mieux comprendre la valeur ajoutée des MSP et des VMS. Hassane Lhasnaoui, co-fondateur de HIREME, présente l’étude de cas de Boston Scientific, spécialisée en matériel médical. « Le challenge était double : simplifier les processus et réduire, au niveau européen, les coûts liés à la gestion des freelances. Tout cela dans une structure d’échelle mondiale. Imaginez devoir recruter un consultant espagnol depuis la Belgique, en tenant compte d’un Line Manager basé aux Pays-Bas, et avec la décision finale prise par un acheteur basé à Londres. Du vrai sport et un défi réalisé grâce à notre plateforme de sourcing omnichannel ».

Une approche ‘supplier-funded model’

Une seconde étude de cas nous amène dans les coulisses de Touring. Ici, le problème de visibilité sur le pool, les processus trop complexes, et les coûts trop élevés liés à la gestion des consultants, ne tient pas du secret. « Touring s’est tournée vers notre plateforme multimodale afin de simplifier son approche et réduire son nombre d’interlocuteurs à 1, tout en élargissant l’accès aux talents recherchés. Ajoutez à cela une approche selon le modèle ‘supplier-funded’, et les résultats n’ont pas tarder : des économies, et un boost en efficacité », précise Pierre-Luc Sanchez, Business Development Manager chez proUnity.

Découvrez les six conseils donnés aux gestionnaires de talents externes: