SLUIT MENU

Le marché du travail en pleine ébullition

« Le marché de l’emploi me semble être en pleine ÉBULLITION. Des offres d’emploi à la pelle et des candidats ouvriers et employés en portion congrue. Malgré les nombreuses initiatives de recrutement, les retours sont déplorables. »

Il y a peu, une agence de travail intérimaire a adressé cet appel à l’aide à Federgon, l’association professionnelle des prestataires de services RH en Belgique. Et la situation est loin d’être exceptionnelle. Aux Pays-Bas également, un rapport d’ABN AMRO daté de juillet 2021 indique que les perspectives économiques dans le secteur des services aux entreprises sont particulièrement florissantes, surtout pour les sociétés d’intérim. Toutefois, il y a un revers à la médaille : où trouver à bref délai tous ces travailleurs intérimaires ?

Les chiffres confirment le décalage

« Le seul constat que je fais est que nous enregistrons aussi un nombre croissant de signaux concernant des postes ouverts et des décalages à tous les niveaux », déclare Paul Verschueren, directeur Vlaanderen chez Federgon.

Cette situation est étayée par de nombreux indicateurs du marché du travail observés récemment, poursuit-il. Le taux d’emplois vacants, par exemple, se situe déjà à nouveau à un niveau très élevé et a considérablement augmenté au cours de la période écoulée. Le VDAB constate également une forte augmentation du nombre de postes vacants ainsi que d’emplois proposés directement ou des postes vacants intérimaires et des activités de recrutement et de sélection.

 À noter que la réserve de main-d’œuvre disponible en raison du chômage temporaire n’est (toujours) pas à portée de vue

Qu’en est-il des chômeurs temporaires ?

Paul Verschueren précise aussi qu’à la fin du mois de juin, quelque 90 000 personnes étaient encore au chômage temporaire. « À noter que la réserve de main-d’oeuvre disponible en raison du chômage temporaire n’est (toujours) pas à portée de vue », déclare-t-il.

Cette situation se reflète d’ailleurs parfaitement dans une nouvelle définition du taux d’emploi où les personnes qui ont été mises au chômage temporaire pendant plus de trois mois sans interruption ne comptent plus au nombre des actifs occupés.

Et maintenant ?

En l’état actuel des choses, les effets de la relance économique risquent de ne pas se faire pleinement sentir.

Le combat est-il alors perdu d’avance ? Pas forcément, à en croire Federgon. Le message est en effet clair : garder les individus sur le marché du travail et y orienter un maximum de personnes (chômeurs et inactifs).


Garder les individus sur le marché du travail et orienter un maximum de personnes (chômeurs et inactifs) vers le marché du travail.


La mise en service des personnes en invalidité longue durée figure est une des priorités à l’ordre du jour (politique) chez tous les intervenants (employeurs, travailleurs, secteur public, mutuelles, compagnies d’assurance, etc.). Federgon a donc établi un plan d’action comportant 12 recommandations stratégiques concrètes. Parmi elles, un accompagnement et des mesures à prendre pour se tourner vers un autre emploi, par le biais du concept innovant des « Parcours de transition ».

Notion qui devrait aussi faire l’objet d’une conférence sur l’emploi en septembre, ajoute Paul Verschueren. « Parcours qui constituera un réel tremplin vers le taux d’emploi de 80 % voulu par les gouvernements. »

Sur ces entrefaites

La pénurie d’emploi ne sera pas résolue en deux temps, trois mouvements. C’est un fait certain. Un « client-utilisateur », à savoir une entreprise, doit modérer ses ambitions et prendre des mesures en interne pour faire face à la pénurie de candidat·e·s. Avec une approche plus intelligente et efficace. Le combat n’est pas perdu d’avance, mais la situation doit être prise très au sérieux !

Marleen Deleu - Director Trends & Insights NextConomy - on a mission to bring insights and expertise to the freelance workforce and users of contingent labor in Belgium Voir tous les articles de Marleen Deleu