"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

Pourquoi l’avenir du travail passera par la gamification

Le jeu est-il un levier pour l’avenir du travail ? Oui, selon Dominique Mangiatordi, expert en gamification. « Sauf exception, je constate que la plupart des gens sont satisfaits à titre privé ou professionnel lorsqu’ils suivent un parcours d’accomplissement par étapes ».

Comment impliquer encore mieux les collaborateurs internes et externes ? Comment gagner en attractivité sur un marché en pénurie de talents ? Comment stimuler son évolution en tant que freelance ? Des questions qui pourraient bien trouver réponse grâce à la gamification. Une méthode définie par Dominique Mangiatordi comme « l’utilisation des techniques du jeu pour créer de l’engagement et de la motivation. Il s’agit d’utiliser le jeu pour bousculer certains processus trop peu engageants »

En entreprise comme dans le jeu, le storytelling est la clé. Les organisations performantes ont une histoire à raconter.

Découvrez un extrait de l’interview en vidéo:

Le jeu comme source d’inspiration

Les entreprises les plus orientées vers l’avenir du travail sont-elles celles qui définissent et communiquent le mieux leurs objectifs ? Oui, mais pas seulement selon notre expert. Elles doivent créer un haut niveau de motivation à atteindre ces objectifs. « Il s’agit d’une communication humaine, collective, réfléchie et qui donne du sens. En entreprise comme dans le jeu, le storytelling est la clé. Les organisations performantes ont une histoire à raconter. Bien sûr, les jeux sont des stéréotypes, mais ils représentent une réelle source d’inspiration vers une application très concrète en entreprise : donner la possibilité à chacun de définir son propre rôle et donner du sens à la mission. »

Perfect match avec une gestion totale des talents

Dominique Mangiatordi voit l’avenir du travail comme la combinaison parfaite de l’atteinte d’objectifs de développement personnel, professionnel et de compétences. Exactement comme dans l’univers du jeu où on développe les compétences des personnages et où on crée cette osmose d’équipe où chacun a sa place. « D’ailleurs, toute cette dynamique n’a absolument aucune corrélation avec le statut du collaborateur. Employé, intérimaire, freelance, la démarche s’intègre parfaitement dans une gestion totale des talents de l’organisation. Et si on parle des postes aux tâches plus répétitives, la gamification peut également être un levier.

Imaginons l’organisation qui fait passer le freelance de niveau en niveau en fonction de critères définis. On ne peut pas rêver mieux comme méthode d’évaluation et d’engagement.

Le jeu pour une meilleure relation freelance-client ?

Pour illustrer les bienfaits de la gamification au niveau d’une relation avec le client, Dominique Mangiatordi prend l’exemple d’Uber. Les chauffeurs et les passagers s’évaluent mutuellement. Et finalement, les meilleurs chauffeurs ont droit aux meilleurs passagers, et inversement.  « Dans une logique freelance, ça s’applique à merveille. Car la force d’Uber est basée sur une vraie réflexion : l’excellence de l’expérience et le respect de tous les critères de bonheur de toutes les parties. Côté chauffeur, jouer le jeu à fond permet de décupler la motivation et de connaitre ses points forts comme ses points d’amélioration… Imaginons donc l’organisation qui fait passer le freelance de niveau en niveau en fonction de critères définis. On ne peut pas rêver mieux comme méthode d’évaluation et d’engagement. »

La gamification au secours de la pénurie de talents

Trouver les bons talents, c’est d’abord avoir du choix. Et pour avoir du choix, il faut réduire les frictions. Si LinkedIn est un bel exemple de gamification (vous améliorez par exemple votre profil par étape), notre expert pointe du doigt une fonction encore trop timide à ses yeux : Open to work. « Beaucoup de gens pourraient activer ce mode, mais ne le font pas. Ils sont donc invisibles. » Sans comparaison directe bien sûr, Dominique Mangiatordi appuie ses propos en analysant la technique de Tinder. « Ils ont réussi à augmenter le potentiel de matching de manière exponentielle. Preuve que le volume est en même temps le problème et la solution. Et force est de constater qu’il est toujours gagnant. »

Conseils aux freelances et aux organisations

  • Se fixer des objectifs à atteindre par niveau.

En analogie aux applis de suivi des performances sportives, le freelance pourrait se baser sur une appli (encore à inventer) qui le stimule à atteindre ses objectifs. « Comme dans un jeu, il s’agit d’atteindre des niveaux pour se rapprocher de ses objectifs. Avec des scores, des badges et des éléments de motivation intermédiaires. »

  • Garder et motiver ses freelances en gamifiant le processus

Les organisations peuvent identifier des milestones à déverrouiller. Le freelance débloque des niveaux au fur et à mesure de la relation. « Sans parler du boost que peut donner l’intégration de niveaux secrets ».


A propos de Dominique Mangiatordi

  • Expert en Gamification (CEO ØPP Studio & Greight )
  • Digital marketer pur sang et serial start-upper
  • Diplômé HEC Liège

(photo : Bruno CHARLES Photography)

Continuez sur votre lancée :

Jean-François est Créateur de contenu (freelance of course) et amoureux de Communication. Pour lui, les #RH, le #Nouveau Monde du Travail, l’#Entrepreneuriat et la #Transformation Digitale sont ses drogues durs. Jean-François is Content Creator (freelance of course) en in love met communicatie. Voor hem zijn #HR, de #NWOW, #Entrepreneurship en #DigitalTransformation zijn harddrugs. Voir tous les articles de Jean-François Dinant