"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

Avenir du travail : « La sécurité n’est plus liée à une seule entreprise, mais à un écosystème d’entreprises »

Oui, l’envie de combiner prospérité et bien être (au travail) n’a jamais été aussi vive qu’aujourd’hui. Le marché du travail dévoile sa nouvelle face aux entreprises et aux talents de notre tissu économique. Rencontre avec Jeroen Franssen, le ‘monsieur marché du travail’ d’Agoria. Nous avons parlé technologies, durabilité et sens au travail…

One size doesn’t fit all

Ne voyons-nous pas le marché du travail de manière trop binaire ? Comme s’il n’existait pas d’autre scénario que de travailler, ou pas. Comme si la position employé-employeur était par définition une sorte d’opposition. Non, pour Jeroen Franssen, spécialiste du marché du travail au sein d’Agoria, l’avenir du travail se concrétise en mode projets. Les collaborateurs ont un ‘rôle’ plutôt qu’un ‘profil type’ ou une ‘fonction’ en guise d’étiquette immuable. « Force est de constater que les gens ne trouvent plus de sens au travail via une carrière chez un seul employeur. La sécurité de demain ne sera d’ailleurs pas liée à un employeur, mais à un écosystème d’entreprises qui offrent une flexibilité à toute épreuve ».


Jeroen Franssen est le ‘monsieur marché du travail’ d’Agoria. Un rôle qui lui colle parfaitement à la peau puisque sa carrière est la combinaison parfaite entre numérique et RH. Son objectif est de cartographier l’impact de la digitalisation et les changements sur notre marché du travail. Il pilote le programme Be The Change.


Be The Change

Depuis 2018, Agoria pilote le projet ambitieux Be The Change afin d’accompagner nos entreprises dans le challenge de l’avenir du travail. Un titre très explicite pour ce programme qui offre un point d’ancrage, des chiffres concrets et des perspectives à tous les acteurs du marché du travail. « Depuis 2020, le focus numérique du programme est consolidé par une approche ‘green & sustainable’. Dès aujourd’hui, nous pouvons confirmer qu’il y aura du travail pour tous ceux qui veulent travailler. En d’autres mots, nous allons avoir besoin de tout le monde pour garantir notre économie et optimiser notre projet sociétal commun » souligne Jeroen Franssen.

Le travail n’est plus un lieu, mais un pôle d’attraction pour des talents en quête de projets qui donnent du sens à leur travail.

Comprendre son impact personnel

Mais finalement, quels sont les challenges de nos entreprises face à l’avenir du travail ?

Jeroen Franssen identifie d’abord ce puzzle complexe que représente la workforce idéale. Il préconise un recrutement (dans un marché en pénurie) orienté vers les compétences actuelles d’une personne, mais aussi celles dont elle devra être armée dans le futur. «Ensuite, les entreprises doivent apprendre à traduire leur stratégie en termes de compétences et de formation. Sans oublier que le travail n’est plus un lieu, mais un pôle d’attraction pour des talents en quête de projets qui donnent du sens à leur travail, et donc à leur vie. Oui, la question est définitivement centrée sur le Why. Les talents veulent comprendre leur impact personnel.»

La valeur ajoutée du travail

Une Belgique conservatrice. C’est aussi un des constats de Jeroen Franssen. « Nous sommes souvent excellents sur le plan de l’innovation, mais moins experts quand il s’agit d’implémenter la solution. Un challenge pour l’avenir du travail, car nous ne sommes pas complètement en phase avec la demande de flexibilité qui anime tant les employeurs que les collaborateurs. La valeur ajoutée du travail doit être garantie dans plusieurs formats. »

Une des meilleures recettes de carrière est d’adopter le mode de travail 70/20/10

Travailler en mode 70/20/10

Jeroen Franssen le confirme : l’innovation et l’entrepreneuriat sont des leviers incontestables du sens au travail. Mais il tient à apporter une nuance importante : « Il ne faut pas être indépendant pour trouver du sens dans son travail. Ce qui compte vraiment c’est de prendre sa carrière en main. Une des meilleures recettes est d’adopter le mode de travail 70/20/10. 70 % de votre activité professionnelle sont dédiés à votre projet phare. 20 % servent à faciliter un autre projet, indicateur de diversité. Les 10 % restant servent à préparer votre futur ‘rôle’. Car que l’on soit freelance ou employé, le développement personnel ne peut en aucun cas être négligé. »


Les 3 conseils de Jeroen Franssen pour garder du sens au travail

    • Lâchez prise sur la rentabilité à 100 % et libérez du temps pour la rentabilité de demain
    • Orientez-vous vers les écosystèmes d’entreprises qui adoptent votre vision
    • Entourez-vous des talents complémentaires à vos compétences, personne n’est fait pour travailler seul

 

Jeroen Franssen était notre invité lors de l’événement « L’innovation et l’entrepreneuriat donnent-ils du sens au travail ? « coorganisé avec Beelance. Découvrez notre compte-rendu et la vidéo.

Jean-François est Créateur de contenu (freelance of course) et amoureux de Communication. Pour lui, les #RH, le #Nouveau Monde du Travail, l’#Entrepreneuriat et la #Transformation Digitale sont ses drogues durs. Jean-François is Content Creator (freelance of course) en in love met communicatie. Voor hem zijn #HR, de #NWOW, #Entrepreneurship en #DigitalTransformation zijn harddrugs. Voir tous les articles de Jean-François Dinant