SLUIT MENU

« Il n’est plus concevable de réserver aux travailleurs du 21e siècle les conditions de travail du 19e »

Améliorer les conditions de travail des travailleurs des plateformes ? C’est l’objectif de la directive présentée par la Commission européenne le 8 décembre. Dans une lettre ouverte, des députés et ministres européens déplorent une “solution édulcorée”. Parmi les signataires, Pierre-Yves Dermagne, notre vice-Premier ministre et ministre de l’Économie et du Travail…

Une directive pour les plateformes

Jusqu’ici, le projet de directive européenne sur l’amélioration des conditions de travail des travailleurs de plateforme attise le débat. Certains acteurs du secteur comme MoveEU, Uber ou encore Freenow s’opposent fermement à ce projet, considérant qu’il amène davantage d’incertitude juridique, de litiges et une diminution drastique des emplois au sein de l’économie de plateforme en Europe. À partir du 8 décembre, les discussions peuvent enfin prendre forme.


Une “solution édulcorée”. Bruxelles doit mettre fin au faux travail indépendant dans l’économie de plateforme.


Lettre ouverte à Ursula

En fond d’écran de la mobilisation, on retrouve également la gauche européenne et les syndicats européens. Mais pas seulement. Les ministres du travail bulgare, danois, allemand, français, italien, espagnol, néerlandais… et belge ! prennent position dans une lettre ouverte à Ursula Von der Leyen. Selon eux, la proposition mène à une “solution édulcorée”. Bruxelles doit mettre fin au faux travail indépendant dans l’économie de plateforme.

 Il n’est plus concevable de réserver aux travailleurs qui sont à la merci d’outils numériques du 21e siècle les conditions de travail du 19e.

L’avis de Pierre-Yves Dermagne

Lors de notre interview, Pierre-Yves Dermagne, vice-Premier ministre et ministre de l’Économie et du Travail, est clair : « L’actualité nous le rappelle tristement et régulièrement: il n’est plus concevable de réserver aux travailleurs qui sont à la merci d’outils numériques du 21e siècle les conditions de travail du 19e. Je travaille sur ce dossier au niveau national depuis plusieurs semaines. Mais cette problématique devra aussi être envisagée au niveau européen en 2022 : les plateformes ont des activités transnationales »

Selon son cabinet, plusieurs éléments doivent être réglés rapidement dans le paysage des plateformes. « La qualité des conditions de travail, le niveau salarial, les biais des algorithmes (et des décisions qui en découlent), la zone grise des devoirs de l’employeur et, last but not least, la déshumanisation des conditions de travail. »

Employeur et algorithme

Dans son projet, la Commission européenne souligne qu’après plusieurs procès, le statut de nombreux travailleurs de platesformes s’est avéré incorrect. Au Royaume-Uni, en Espagne, en Italie, en Grèce et aux Pays-Bas, les juges concluent que les travailleurs des plateformes ne sont pas des indépendants, mais des employés de la société de plateforme. Force est de constater que cela concerne spécifiquement les plateformes où les travailleurs sont dépendants de l’algorithme : l’application détermine les heures de travail et la rémunération. Ce qui laisse peu de place à la négociation des taux et des conditions…

Pendant ce temps-là en Europe

Pendant ce temps, les gouvernements européens s’efforcent de réglementer l’économie des plateformes. En Espagne, par exemple, une nouvelle loi est en vigueur, censée garantir un statut d’employé au livreur Deliveroo, Glovo et Uber Eats. En pratique, les entreprises ont adapté leurs contrats ou ont décidé de travailler par le biais d’intermédiaires. Deliveroo a même quitté complètement l’Espagne.

Jean-François est Créateur de contenu (freelance of course) et amoureux de Communication. Pour lui, les #RH, le #Nouveau Monde du Travail, l’#Entrepreneuriat et la #Transformation Digitale sont ses drogues durs. Jean-François is Content Creator (freelance of course) en in love met communicatie. Voor hem zijn #HR, de #NWOW, #Entrepreneurship en #DigitalTransformation zijn harddrugs. Voir tous les articles de Jean-François Dinant