"Exploring the future of work & the freelance economy"
Le Forum

Wallonie : du travail à pourvoir, même aujourd’hui

Le Forem a publié le 24 juin dernier la liste des fonctions critiques et métiers en pénurie en Wallonie. Le cap des 100 avait été atteint l’an dernier. Dix-neuf métiers ont été enlevés et quarante-quatre ajoutés pour arriver à 125 ! Ce manque de main-d’œuvre est un sujet de préoccupation pour les dirigeants de PME. Même si la crise du coronavirus vient de redistribuer les cartes.

Aucun secteur n’est épargné

Que ce soit dans l’industrie, la construction, l’artisanat, les services, les soins aux personnes, il y en a pour tous les goûts et toutes les compétences parmi les 75 métiers en pénurie et les 50 fonctions critiques recensés par le Forem. Ce recensement annuel est important pour renforcer les formations dans les filières en manque, orienter les demandeurs d’emploi et les jeunes. Pour eux, c’est un message d’espoir. Même aujourd’hui, il y a du travail à pourvoir en Wallonie ! 

Services TIC : léger ralentissement

Globalement, l’activité dans le secteur TIC (Technologies de l’information et de la communication) se maintient durant la crise COVID-19 notamment en raison des possibilités de télétravail. Néanmoins l’activité connait un léger ralentissement notamment suite à une baisse de la demande des clients. Les entreprises des services TIC spécialisées dans la gestion de la relation client (par exemple : les fournisseurs de CRM, logiciels marketing ou de support automatisé des clients) seraient particulièrement concernés. La crise met en exergue le caractère « crucial » des infrastructures informatiques et de télécommunication.

Opportunités

En outre la crise sanitaire pourrait ouvrir des opportunités de marché, notamment en matière de santé publique, de travail ou d’enseignement à distance, e-commerce, le « smart manufacturing », ou encore de sécurité de données. L’évolution des opportunités d’emploi connues du Forem (hors offres transmises par les partenaires publics) est néanmoins marquée par un effet de la crise sur le marché de l’emploi.

Dans ce contexte, il est fort probable que les tensions observées sur les métiers de l’informatique en 2020 (et pour certaines de manières structurelles depuis plusieurs années) perdurent.

Les chiffres de mars à mai

Le nombre d’opportunités d’emploi dans les métiers de l’informatique sur la période de mars à mai 2020 diminue de 17% par rapport à la même période en 2019. À titre d’illustration, le nombre d’opportunités d’emploi de développeurs baisse de 22% et le nombre d’opportunités d’analystes informatiques diminue de 3%. Le nombre de demandeurs d’emploi augmente légèrement parmi les développeurs et les analystes business.

Retour à la normal dès fin 2020 ?

S’il subsiste des incertitudes liées aux problèmes de trésorerie des clients ou au report de projets informatiques nécessitant d’importants investissements des entreprises, les représentants des secteurs se montrent plutôt optimistes et envisagent une reprise des activités à un niveau « normal » entre la fin 2020 et la fin du premier semestre 2021. Dans ce contexte, il est fort probable que les tensions observées sur les métiers de l’informatique en 2020, et pour certaines de manières structurelles depuis plusieurs années, perdurent.

Sources 

UCM

Le Forem

Marleen Deleu – Director Trends & Insights NextConomy – on a mission to bring insights and expertise to the freelance workforce and users of contingent labor in Belgium

Voir tous les articles de Marleen Deleu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *