Pourquoi la crise actuelle est le meilleur moment pour recruter

Quelle approche adoptent les managers et les entreprises face à la crise du Covid-19 ? Faut-il continuer de recruter, passer partiellement voire totalement en mode ‘freeze’ ? Hireme a posé la question à Christopher Franskin, Global IT and Digital director chez Cigna.

Politique internationale

Les équipes de Christopher Franskin sont composées pour 65% de collaborateurs internes et pour 35 % de talents externes. « Nos freelances correspondent à des compétences spécifiques que nous utilisons dans le cadre de projets particuliers. J’ai l’avantage de pouvoir mener une politique de recrutement sur une base internationale : je puise à l’étranger si je ne trouve pas le talent en Belgique. Un exemple concret : il est compliqué de trouver en Belgique un développeur .Net, alors que sur le marché espagnol vous avez l’embarras du choix. Preuve que la pénurie des talents n’est pas un phénomène homogène en Europe ».

Plus de candidats et moins de concurrents

Pour Christopher Franskin, c’est toujours ‘business as usual’. Le recrutement reste en vitesse de croisière et l’onboarding de nouveaux collaborateurs est devenu une réalité. « Je dirais même plus, en ce qui concerne mon département, j’accélère la démarche. C’est probablement une excellente période pour recruter, étant donné que le vivier de talents est plus important aujourd’hui qu’il ne l’était il y a quelques semaines. Et de facto, la concurrence diminue également, ce qui permet d’accéder à plus de profils actuellement en pénurie. »

Attendre pour activer l’onboarding pourrait signifier un risque de démotivation, voire la perte du talent

Du recrutement à l’onboarding

Aujourd’hui Christopher Franskin prépare l’onboarding des nouveaux collaborateurs qui commenceront au courant du mois de mai. « Onboarding à distance bien entendu. Le laptop dédicacé sera envoyé à l’adresse privée du collaborateur. Les outils sont suffisamment nombreux pour assurer un plan d’onboarding par vidéo ». S’il reconnaît que la démarche n’est pas aussi efficace, il ne voit aucune raison de ne pas démarrer immédiatement. « Au contraire, attendre pourrait signifier un risque de démotivation, voire la perte du talent. Il faut prioriser les actions. Notre secteur requiert notamment quelques formations obligatoires. C’est donc le moment idéal pour un nouveau talent d’absorber de la matière. »

Digital first

Moteur de la digitalisation au sein de son organisation, Christopher Franskin est persuadé que la crise sanitaire que nous vivons servira de levier à la transformation digitale. « J’ai vu passer une plaisanterie qui résume bien la situation : les trois responsables de la digitalisation sont le CEO, le CIO et le Covid-19. Celui qui n’a pas encore digitalisé ses processus RH, et plus particulièrement sa gestion des ressources humaines, accuse déjà un retard qui pourrait lui coûter cher. C’est le moment ou jamais d’initier la transition. »

C’est probablement une excellente période pour recruter

Une réflexion planifiée

La crise actuelle redistribue les cartes du nouveau monde du travail. Christopher Franskin le confirme, lui qui le vit au quotidien : « Outre les difficultés liées au confinement et le cas échéant à la gestion des enfants, mes collaborateurs se disent être plus efficaces en télétravail. Je suis fasciné par leur réactivité et surtout par leur créativité ». Tout en réalisant que la situation risque de peser à court terme, Christopher préconise un encadrement précis et proactif. « Après la crise, chaque manager devra organiser un grand débriefing pour comprendre ce que la situation a à nous apprendre. Notamment une réflexion sur nos politiques RH, et probablement sur l’utilité des espaces de bureaux comme on les a conçus jusqu’à présent ».

Les conseils de Christopher

  • Assurez-vous que vos collaborateurs bénéficient du support attendu
  • Priorisez les projets et faites le focus sur l’essentiel
  • Continuez à recruter si vous en avez les moyens, pour préparer le post-coronavirus
  • Considérez la situation comme une opportunité
  • Assurez une mise à jour continue de votre BCP (Business Continuity Plan)

Découvrez les moments forts de l’interview par vidéo :

Met Nederlandse ondertiteling: 


Christopher Franskin est Global IT and Digital director chez Cigna, une compagnie d’assurance internationale basée aux États-Unis. Il supporte 1.500 collaborateurs à l’échelle mondiale, et gère un département de 100 collaborateurs, composé d’internes et de freelances.