Comment réussir l’intégration des freelances dans votre entreprise

Comment organiser l’onboarding des freelances et des travailleurs autonomes avec des équipes traditionnelles qui le verront comme un outsider, voire comme une menace ? Mise au point sur les quelques erreurs à éviter et les bonnes pratiques à adopter pour assurer une synergie entre les acteurs d’un même projet à plus ou moins long-terme.

Les formules de contracting sont de plus en plus nombreuses sur le marché de l’emploi : freelance, consultant autonome, interim manager… elles séduisent chaque jour davantage d’entreprises. Externaliser des compétences pour une mission déterminée et limitée dans le temps, selon les besoins de l’entreprise : c’est alléchant.  Côté freelance, proposer ses services à la carte à différentes organisations (selon ses disponibilités et ses intérêts), représente également un deal intéressant. La question est comment accueillir un travailleur qui (a priori) n’a pas besoin de développer de sentiment d’appartenance au sein de l’organisation ?

Le premier entretien donne le ton

Dès l’entretien, le contractant avec lequel vous vous apprêtez à travailler doit se sentir à l’aise, dans une atmosphère de travail pour laquelle il aura envie de faire de son mieux, d’évoluer, même de manière limitée dans le temps. Plus encore que lors d’entretiens d’embauche traditionnels, il convient de séduire le freelance, lui donner envie de mettre ses talents à votre disposition et de faire de son mieux. Il a besoin de se sentir désiré, utile et de savoir qu’il jouera un rôle à part entière dans votre organisation. Bref : le premier entretien sera clé. A vous d’assurer un bon départ grâce à une approche authentique.

Se sentir chez soi

Au-delà de l’aspect financier, il conviendra de cadrer rapidement les missions du freelance, ses responsabilités et de mettre en avant les interactions qu’il ou elle pourra développer avec vos équipes internes. Offrez également le même environnement de travail et mettez à disposition tout le matériel nécessaire, au même titre que vos autres collaborateurs.


5 conseils pour un onboarding réussi

      • Soyez accueillant dès le premier entretien
      • Valoriser les plus-values du freelance
      • Cadrez et facilitez son travail
      • Discutez et accompagnez le freelance
      • Réservez-lui une place dans les activités hors-bureaux

Accompagnement continu

Une fois la collaboration en marche, un premier bilan rapide sera le bienvenu. Plus encore que dans une relation employeur-employé, la communication est la clé de votre relation avec un talent externe. Prenez le temps de discuter avec lui de ses besoins, de son planning et de ses incertitudes. Cela lui permettra de se sentir soutenu et en confiance pendant que vous apprendrez à cerner son mode de fonctionnement. Votre meilleur mode d’anticipation des éventuels blocages qui pourraient se présenter.

Externe mais pas exclu

Oui, le freelance est bien un travailleur ex situ. Le travail à distance et une propre organisation de son emploi du temps sont des éléments intrinsèques au statut de freelance. Des caractéristiques qui séduisent les contractants à choisir cette formule de prestation. Néanmoins, il est toujours bon de l’intégrer à vos formations, aux afterworks ou autres activités de l’entreprise. Bref, les freelances sont des travailleurs indépendants et ils apprécient de rencontrer les personnes avec lesquelles ils travaillent. Inversement, vos collaborateurs internes se sentiront plus à l’aise s’ils ont rencontré et sympathisé avec le freelance… ce ‘mystérieux collaborateur’.

OpenWork is a platform that allows companies to deal directly with consultants, with all the protection of an agent. We reinvest 80% of our profits directly in the community & continual developments on the platform, these include free skills workshops, parties & networking and conferences. Welcome to an Open way of Working.

Voir tous les articles de Open Work