L’Interim Management est dans une phase ascendante

Avec une croissance de 13 % en 2018, le secteur de l’Interim Management poursuit son ascension entamée en 2012. Comment le marché évolue-t-il ? Qu’est ce qui détermine la croissance ? Et qu’est-ce qui pousse à devenir Interim Manager ?

Boudewijn Dupont, président de la commission sectorielle Interim Management de Federgon, la fédération des prestataires de services RH : « Federgon défend, entre autres, les intérêts de ses 45 membres du secteur de l’Interim Management, parmi lesquels les 23 plus importants providers du marché belge. Cela permet de dresser un tableau réaliste. Les chiffres en notre possession représentent sur base annuelle une valeur de marché de près de 150 millions d’euros. À noter que de nombreuses missions sont effectuées sans l’intervention d’une tierce partie. Pour ces dernières nous ne possédons pas de chiffres précis, mais nous pensons que les résultats avec et sans tierce partie sont équivalents. Nos estimations tiennent donc compte d’une situation du secteur de l’Interim Management qui représente le double des chiffres détenus par Federgon. »graphique – source : Federgon rapport annuel 2018

Changement et Interim Management vont de pair 

Selon Boudewijn Dupont, cette forte croissance du secteur trouve son explication dans les changements majeurs vis-à-vis desquels les entreprises se doivent de réagir au plus vite. 35 % des missions concernent des projets ayant trait au changement ou à la transformation. Les technologies évoluent, le contexte sociétal évolue, ce qui mène à une certaine disruption sur les marchés. Les entreprises sont contraintes de réagir à la situation plus rapidement et plus souplement, ce qui n’a rien d’évident pour les grandes entreprises. « En faisant appel à des experts externes, les organisations peuvent intervenir sur le champ de l’agilité. Les interim managers s’appuient sur leur expertise et leur expérience, et savent, de par leurs qualités relationnelles, diffuser une culture du changement. Ce qui n’est pas sans importance lorsqu’il faut tenir compte de l’agenda interne de l’entreprise. »

Qui choisit la voie d’une carrière d’Interim Manager ?

Boudewijn Dupont distingue globalement deux grands groupes dont les membres ont choisi la voie d’interim manager indépendant.

Boudewijn Dupont :  « Pratiquement tous les interim managers ont commencé leur carrière en entreprise. Ils et elles ont évolué étape par étape, ont acquis une expertise et ont constitué progressivement leur réseau professionnel. »

« Jusqu’au jour où l’on atteint un tournant de sa vie professionnelle, et que l’on fasse le point. Certains optent alors pour leur autonomie et choisissent de proposer leur expertise sans autre implication dans la politique interne des entreprises. Dans ce premier groupe, ils et elles adoptent délibérément le statut d’indépendant, et vont retirer beaucoup de satisfaction de leur collaboration avec différentes entreprises, ainsi que dans l’accomplissement de leurs missions. »

« Dans l’autre groupe, le choix de passer interim manager serait plutôt inéluctable. C’est bien souvent une restructuration qui va marquer la vie professionnelle des cadres et les placer devant des défis majeurs. Des programmes d’outplacement vont alors les introduire, parfois même pour la première fois, sur le marché de l’interim management, car les possibilités offertes par le marché traditionnel sont, en qui les concerne, assez réduites. Entrent notamment en ligne de compte l’âge et le salaire. Les contacts de leur réseau ou les programmes d’outplacement vont leur conseiller la voie de l’interim management. Nous constatons que pour bon nombre de personnes, cette étape représente une réelle épreuve, qui demande une importante démarche intellectuelle. Néanmoins, l’histoire va souvent bien se terminer, car nous constatons que ce deuxième groupe est lui aussi généralement très satisfait de sa promotion. Ces personnes ne déclarent-elles pas majoritairement après leur première mission « qu’elles n’ont pas du tout l’intention de retourner sur le marché du travail traditionnel ». Nous évoquons ici plus particulièrement les ‘super-profils’ dont beaucoup d’entreprises ont besoin, mais pour lesquels elles n’ont apparemment pas de place dans leur payroll. Pour des raisons qui vraisemblablement les concernent. »

Ajoutons que chaque Interim Manager a son propre vécu, son propre parcours de carrière et ses propres perspectives professionnelles, et qu’il ou elle n’entre pas nécessairement dans l’un des groupes évoqués ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *