Comment réussir en tant que freelance et introverti

Il semble que 30 à 50% des entrepreneurs et des freelances seraient des introvertis. Un obstacle pour leur parcours professionnel ? Non, à condition de savoir le reconnaître et de corriger le tir à temps. Katja Soors est Business Coach et s’intéresse de près aux entrepreneurs introvertis. Elle nous explique …

Freelance introverti vs Freelance extraverti

Il faut d’abord comprendre si l’on est ou non un freelance introverti. L’introversion ne doit pas être simplement assimilée à une nature timide ou à un sentiment de panique lorsque l’on s’exprime en public. Selon Katja Soors, la différence entre introversion et extraversion se situe à deux niveaux : énergie et stimuli. « L’introverti est très sensible aux stimuli externes, c’est un processus physiologique. Pour cette raison, il préfère limiter les stimuli et a besoin de temps pour les intégrer. Il va plutôt compter sur sa propre énergie, ce qui lui évite de devoir se tourner vers des contacts sociétaux. »

Grandir avec son entreprise, c’est avant tout vouloir grandir en tant que personne.

Découvrir les capacités de l’introversion

En matière d’entrepreneuriat, Katja Soors est affirmative : « Nombre de freelances ne sont pas vraiment conscients de leur nature introvertie, car ils peuvent, entre autres, l’interpréter. D’autres, s’ils sont bien conscients de leur introversion, ne veulent toutefois pas l’admettre à cause de leur environnement social. Ils vont dès lors se comporter comme des extravertis, car ils pensent que cela permet de réussir. C’est sans aucun doute une fausse idée.  En ne voyant plus une personnalité introvertie comme étant une sorte de malédiction mais plutôt comme une bénédiction, les portes de l’entrepreneuriat qui réussit vont vite s’ouvrir. Grandir avec son entreprise, c’est avant tout vouloir grandir en tant que personne. »

Faire la différence

Comme freelance, vous allez avoir tendance à vous satisfaire de clients réguliers qui vous paient vos petites factures, car pour vous c’est la sécurité. Mais cette dépendance possède aussi un côté frustrant. Les capacités de l’entrepreneur introverti résident en fait dans ses connaissances acquises.  » « Mais bien souvent, il n’ose pas afficher son expertise sur le marché. Ce qui va vous aider, c’est d’abord de bien identifier votre groupe cible, de mettre en avant votre produit ou votre service, et de démontrer ce qui vous différencie. De cette façon, vous deviendrez parfaitement reconnaissable pour vos clients potentiels », affirme Katja Soors.

Visionnez un extrait de l’interview

Se connecter ou collecter ?

Le freelance doit adopter une stratégie Sales & Marketing, c’est même un must. Un nouvel obstacle potentiel va se présenter à l’entrepreneur introverti : il va devoir se manifester et être visible. « Une personne introvertie éprouve des difficultés à abandonner ses dispositions naturelles pour ‘se connecter’ : son attitude d’observation et d’écoute lui suffit pour se connecter aux autres et pour répondre aux attentes du client potentiel. Le temps mis pour intéresser les clients est plus long, mais d’un autre côté, il y a probablement plus de chances de pouvoir convaincre le client potentiel.  Les extravertis ont quant à eux tendance à ‘collecter’ : établir des tas de contacts et ensuite tenter d’en faire ressortir des clients. Il appartient donc au freelance de ne pas se mettre la pression et de laisser parler sa vraie nature ! », s’exclame Katja Soors.

The Know Like Trust (KLT) Factor

Un prospect devient client lorsque le cycle KLT se déroule avec succès. Il est reconnu que si l’autre a appris à vous connaître via différents canaux, s’il se sent à l’aise avec vous, et si une confiance mutuelle s’est installée, il sera plus facile de mener à bien un processus de vente.  Pour le freelance introverti, le processus est le même, mais prend généralement plus de temps. « Ce n’est pas du tout un problème, c’est juste une autre approche de laquelle le business plan peut s’accommoder. Par nature, un entrepreneur introverti est plus à même de développer son entreprise sur base de l’expérience acquise, et va prendre en compte au mieux les risques possibles », ajoute Katja Soors.

Être introverti est socialement moins accepté, alors j’agis en extraverti à mon détriment.

Aller de l’avant

Vous ne pouvez peut-être pas changer de personnalité, mais vous pouvez toujours développer vos compétences. Au cours de ses séances de coaching, Katja Soors sensibilise d’abord l’entrepreneur introverti à ce que représente sa personnalité, puis elle va communiquer ou affiner un certain nombre de compétences : « Le freelance introverti doit d’abord identifier ce qui lui apporte de l’énergie et en connaître le coût.  Je recommande de tenir un cahier dans lequel on va noter le niveau d’énergie correspondant aux différentes actions de la journée. Cela sera souvent révélateur pour l’avenir !

Dans le domaine du développement des compétences, les introvertis se concentrent généralement sur la communication et les relations interpersonnelles, comme savoir se présenter, établir et maintenir des relations, bien vendre ses services, mais encore faut-il rester orienté action. Sans action, pas de progression, et sans progression, pas de clients, et sans clients, pas de business !


4 conseils à l’adresse du freelance introverti

  1. Soyez conscient des capacités de votre personnalité introvertie
  2. Sachez choisir votre créneau
  3. Menez un processus de type sales & marketing efficace
  4. Entretenez votre communication et vos relations interpersonnelles

 

Katja Soors

Katja Soors est ingénieur de formation. Après une carrière dans le monde corporate et diverses fonctions de people management, Katja a découvert un beau jour sa propre personnalité… d’introvertie.  Katja prodigue dorénavant ses conseils de business coach aux freelances introvertis, via notamment son site www.coachingatwork.be, et les aide à s’épanouir professionnellement. Elle les guide individuellement ou en petit groupe dans les domaines de l’étude de la personnalité et du business.