"Exploring the future of work & the freelance economy"

Quel est l’avenir de l’économie des plateformes numériques ?

Depuis une dizaine d’années, l’économie des plateformes prend de l’ampleur sous de multiples formes. Peut-être avez-vous déjà utilisé les services d’Uber ? Ou vous vous êtes fait livrer une pizza à domicile ? Ou encore, avez-vous déniché un plombier en ligne pour déboucher votre évier ? Dans ce cas, vous êtes devenu l’un des rouages de l’économie en ligne.

L’économie des plateformes sert d’intermédiaire entre l’offre et la demande de services rémunérés via des plateformes en ligne. Et le monde ne manque pas de Deliveroo en tout genre. Mais les plateformes en ligne sur lesquelles freelances et clients sont mis en relation, participent également au développement de cette autre économie.

Bien que l’économie de plateformes ne semblait avoir pris jusqu’à présent qu’une petite part du gâteau, elle s’annonce bien comme un modèle économique et social d’avenir. Parallèlement, nous assistons à une transformation continue incluant les plateformes en ligne. De nouveaux acteurs font leur apparition, les modèles d’entreprise évoluent ou s’affûtent. Pendant que certains sont en train de disparaître,  d’autres sont en train de débarquer.

Job ou flop ?

À qui les jobs sont-ils destinés ? Nombreux sont ceux qui se sentent attirés par ce nouveau modèle économique. Soit parce que l’économie traditionnelle ne leur permet plus de trouver facilement du travail. Soit pour s’octroyer temporairement un supplément de revenus, ou tout simplement parce que cette manière de fonctionner leur convient. Si une partie va décrocher après un premier essai, une autre va en faire sa source principale de revenus. Pourtant, la variété des jobs en lice n’est pas limitée. On trouvera des fonctions de base qui ne demandent que relativement peu de compétences, comme des fonctions pour des talents hautement qualifiés. Ce qui écarte toute ambiguïté sur le sujet. Une approche nuancée sera donc de mise.

Inquiétude et optimisme

Une chose est certaine :  l’évolution de l’économie de plateformes fait bel et bien débat. Les relations avec les entreprises traditionnelles sont mises sous pression. Il suffit par exemple d’observer les tensions qui existent dans le secteur des taxis, qui du reste font régulièrement l’actualité. Dans le même ordre d’idées, on peut constater l’inquiétude des syndicats par rapport aux avantages sociaux et aux conditions de travail de ceux qui font partie de l’économie de plateformes. Car souvent, l’on fait face à des rémunérations peu élevées, des horaires de travail imprévisibles et des emplois précaires. Ces travailleurs ont généralement adopté un autre statut (d’indépendant ou non) qui risque de ne pas leur garantir une protection sociale suffisante.

Mais il y a aussi des avantages. L’environnement online laisse peu de place à la discrimination. Les algorithmes utilisés par les plateformes ne tiennent tout simplement pas compte de l’origine ethnique, du sexe ou de l’âge. Les travailleurs ont la possibilité d’adapter leur horaire de travail à leur situation personnelle. En augmentant considérablement leur flexibilité, ils gagnent tout aussi considérablement en équilibre travail-vie privée. On verra aussi les contributeurs profiter stratégiquement de l’économie de plateformes pour booster leur expérience professionnelle et leurs compétences. Ce qui va s’avérer inestimable pour la suite de leur carrière.

Il reste à définir un cadre précis

Au regard de l’évolution que l’on connaît ces dernières années, on peut affirmer que ces changements dans l’économie actuelle gagneront en importance. C’est ce qui ressort également des diverses initiatives prises par des stakeholders, qu’elles soient positives ou négatives. Approcher l’économie de plateformes unilatéralement n’aurait aucun sens. Ces services électroniques comportent un tel nombre d’activités différentes ayant chacune leurs spécificités, leur lot d’opportunités et leurs préoccupations propres, qu’une approche différenciée s’impose.

Ce cadre social est à la base de la recherche européenne consacrée à l’économie de plateformes. Vous trouverez à ce propos des conclusions et interprétations intéressantes dans le rapport d’Eurofound (2018) : Employment and working conditions of selected types of platform work. L’objectif de cette étude étant d’identifier les conditions d’emploi et de travail, ainsi que le cadre juridique existant dans 18 des États membres. Le rapport intéressera particulièrement les décideurs. Il aborde les avantages et les inconvénients de l’économie de plateformes, et énumère une série de recommandations visant à mieux la réglementer.

 

Eurofound est une agence de l’Union européenne dont le rôle est de fournir des connaissances en vue de définir de meilleures politiques dans le domaine social et en matière d’emploi. Elle crée de la transparence sur les améliorations en cours, en tant qu’outil pour les décideurs européens et nationaux.