SLUIT MENU

Développeurs remote : plus exposés aux défis sanitaires ?

Les développeurs freelance remote seraient-ils exposés à de nombreux risques physiques et psychosociaux dans leur quête d’une nouvelle mission et d’un revenu garanti ? La réponse est oui selon le case study commandé par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA).

Un case study commandé par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail présente les risques associés aux missions des programmeurs informatiques remote offertes par les plateformes freelances. Risques à la fois physiques et psychosociaux. Ses auteurs se basent sur une analyse de la littérature universitaire récente complétée par des entretiens avec des représentants et des travailleurs de plateformes.

Regard sur le travail d’un développeur IT remote

Un « programmeur informatique à distance » selon l’EU-OSHA  ? Un professionnel des TIC qui effectue des tâches de développement IT peu importe l’endroit. Dans la pratique, on parle donc d’écriture et de test de codes, de refactoring et de débogage. Sans oublier les développeurs full stack des quatre coins du globe.

La demande et l’offre de solutions technologiques et de mise au point de logiciels continuent de progresser. Un nombre croissant d’entreprises externalisent ces tâches, ce qui leur apporte la possibilité d’être plus flexibles avec leur personnel et de limiter par conséquent les menaces qui pèsent sur l’organisation en cas de changement des conditions du marché, révèle l’EU-OSHA. En passant par des plateformes numériques (belges et internationales), les chercheurs estiments que ces organisations bénéficient aussi d’un accès à un important pool de travailleurs (hautement) qualifiés, assimilés à des indépendants qui travaillent sous ce statut.

Le revers de la médaille du droit à la liberté

Si le développeur remote jouit d’une plus grande autonomie, peut aspirer à un meilleur équilibre vie professionnelle/vie privée, affiche une productivité plus élevée, évite les trajets et peut souvent fixer ses propres conditions tarifaires, l’EU-OSHA estime qu’il n’en reste pas moins vulnérable face à des risques en matière de santé et de sécurité.

Dans une relation travailleur-employeur, ce dernier est tenu d’appliquer une politique relative aux risques physiques et psychosociaux liés à un emploi. Une telle obligation ne semble pas être de mise sur les market places. Après enquête, l’EU-OSHA conclut que certaines plateformes affirment informer leurs travailleurs à distance au sujet des normes de santé et de sécurité. Leurs travailleurs le nieraient plutôt catégoriquement.


Si le développeur remote jouit d’une plus grande autonomie, peut aspirer à un meilleur équilibre vie professionnelle/vie privée, affiche une productivité plus élevée, évite les trajets et peut souvent fixer ses propres conditions tarifaires, il n’en reste pas moins vulnérable face à des risques en matière de santé et de sécurité. (EU-OSHA)


Risques physiques

Dans le case study de l’EU-OSHA, on peut lire qu’un programmeur IT remote travaille souvent des heures durant à son bureau dans des lieux très différents, voire inhabituels, ce qui limite fortement les possibilités d’utiliser des équipements adaptés et ergonomiques. Une position assise immobile de longue durée devant un écran dans une posture incorrecte qui pourrait entraîner des problèmes physiques tels que des douleurs au cou, au dos et aux membres supérieurs, de même que des problèmes de surpoids, de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2.


La contrainte exercée pour obtenir une bonne note amène le programmeur à distance à adopter des habitudes nuisibles comme une disponibilité 24/7 et des heures de travail prolongées, un rythme de travail élevé soutenu ainsi qu’une gestion personnelle plus importante. (EU-OSHA)


Risques psychosociaux

Pour les développeurs, la mondialisation du travail sur les plateformes est synonyme de forte concurrence et de pression sur la sécurité des missions et des revenus. Toujours selon l’EU-OSHA, cette tension est encore renforcée par les contrôles stricts que les plateformes exercent sur leurs travailleurs à travers le suivi des activités ou les mécanismes de cotation. Le freelance devrait se faire remarquer et obtenir une bonne note pour maximiser ses chances de remporter la prochaine mission. Et la différence se traduit, entre autres, par la rapidité du travail, l’orientation client et sa satisfaction.

L’ EU-OSHA souligne que pour y parvenir, les freelances du secteur de l’online software development sont souvent enclins à adopter des habitudes malsaines comme la disponibilité 24/7, des heures de travail prolongées, le maintien d’un rythme de travail élevé et une gestion personnelle plus importante. Pour être en mesure de répondre à tout moment à la demande du client avec rapidité et pertinence, quel que soit le fuseau horaire dans lequel se trouvent les deux parties.

Les programmeurs remote subiraient aussi un isolement sur le plan professionnel. Ils sont généralement livrés à eux-mêmes, ont peu ou pas de contacts avec leurs collègues, et tous les échanges se font via les plateformes. Autant dire que le soutien affectif n’est pas au rendez-vous. Le manque de contact avec la vie réelle et de relations interpersonnelles peut conduire à un relâchement des aptitudes sociales. L’EU-OSHA observe que, pour y remédier, des plateformes privilégient les événements de rencontres virtuelles.

Tous ces éléments, combinés à la forte concurrence, à la lourde pression du travail et à l’insécurité permanente de l’emploi et des revenus, auraient une incidence négative sur le bien-être mental. Les effets peuvent être profonds, comme le burn-out, la dépression et les crises d’angoisse.

Conclusions du case study de l’EU-OSHA

Les développeurs remote qui travaillent via des plateformes web sont exposés à des risques divers.

Si ces risques sont encore peu abordés de nos jours et que les travailleurs à distance n’en sont pas toujours conscients, les plateformes peuvent se singulariser. Elles peuvent contribuer efficacement à la prévention des troubles physiques et psychosociaux par les moyens suivants :

  • le recours à une gestion proactive des missions et des risques associés ;
  • la prise de conscience de leurs travailleurs ;
  • la participation efficace à un programme de satisfaction des travailleurs des plateformes et des organisations qui utilisent leurs services.
Barbara Uyttendaele
Barbara is coach bij Tikhodza en freelance content creator. Ze heeft een liefde voor levenslang leren en een streven naar continue verbetering. Een loopbaan van 20 jaar in de wereld van HR-dienstverlening versterkte haar nieuwsgierigheid naar hoe de wereld van werk evolueert en hoe organisaties en talenten hiermee omgaan. Inspireren, challengen en motiveren zijn haar drijfveren om mensen en organisaties in beweging te brengen. *** Barbara est coach chez Tikhodza et créatrice de contenu freelance. Elle est passionnée de formation continue et s'engage à l'amélioration permanente. Une carrière de 20 ans dans le monde des services RH a renforcé sa curiosité pour l'évolution du monde du travail et la manière dont les organisations et les talents y font face. Son leitmotiv ? Inspirer, stimuler et motiver pour activer les gens et les organisations. Voir tous les articles de Barbara Uyttendaele