SLUIT MENU

Freelances, soyez fiers de vos tarifs !

Trop élevé, trop bas, marqué par l’insécurité des débuts, pas assez réfléchi, tremblotant devant ce cher syndrome de l’imposteur…, le tarif est un sujet délicat dans la vie du freelance. Déterminer le prix juste exige une réflexion profonde sur votre situation et ce que vous vous apprêtez à vendre. Pour vous, nous avons suivi le webinaire proposé par UCM . Voici quelques pistes pour vous aider à fixer vos tarifs…

Vous êtes décidé à monter à bord du freelancing ? Liberté, passion et mouvements se lient pour créer une image rêvée du statut de freelance. Pourtant, vous naviguerez parfois en eaux troubles. Courant rapide, rythme lent, marée basse…, nous vous conseillons de vous équiper au mieux pour passer les commandes. Et commençons directement par la base de votre nouvelle activité : les prix. Un paramètre essentiel qui vous permettra de vivre pleinement votre aventure et de tenir fermement le gouvernail lors de tempêtes.

Appliquer un tarif pour être rentable

Être rentable, cela veut dire pouvoir couvrir ses frais professionnels et générer du bénéfice, tout en continuant à vivre décemment. UCM met en avant un calcul réalisable en plusieurs étapes pour parvenir au “prix juste”, en tenant compte de vos charges, vos frais, du nombre de jours de travail facturables…

  1. Calculez le revenu net indispensable pour pouvoir vivre de votre activité (revenu idéal ou revenu minimum, en fonction de vos besoins) ;
  2. Fixez le montant de vos charges fiscales et sociales (cotisations sociales, +/- 20,5%, + les impôts des personnes physiques ou des sociétés) ;
  3. Faites la somme de vos frais professionnels (assurance, bureau, matériel, voiture, abonnement GSM…) ;
  4. Estimez le nombre de jours ou heures de travail par an, en tenant compte des éventuels congés de maladie, des vacances, des jours fériés… Le calcul doit être réaliste ;
  5. Divisez le revenu total (revenu net + charges + frais) par le nombre de jours disponibles, c’est-à-dire facturables.

Résultat ? Le tarif journalier à demander pour atteindre votre objectif, sur une année. Il faut bien noter que ce calcul sert d’indicateur, il nécessitera sûrement des ajustements, en fonction de votre secteur d’activité, du type de missions que vous choisirez, de l’environnement dans lequel vous évoluerez…


En vous lançant en tant qu’indépendant, vous vous inscrivez dans un environnement concurrentiel, lequel induit nécessairement une comparaison des prix…


Juger si son tarif est le bon

Pour savoir si votre tarif est juste, l’analyse de la concurrence est cruciale. En vous lançant en tant qu’indépendant, vous vous inscrivez dans un environnement concurrentiel, lequel induit nécessairement une comparaison des prix sur le marché visé et des avantages mis en avant. L’avantage influence directement la valeur de votre service, il justifie son prix de vente et surtout, il vous différencie.

Pensez aussi à ce que vos clients potentiels sont prêts à donner pour bénéficier de votre valeur ajoutée. L’objectif ici est de définir un prix psychologique, en se mettant à la place du client et en sachant exactement à qui vous vous adressez. Confrontez donc le besoin de votre potentiel client à ce qu’il peut investir. Enfin, tournez-vous vers une stratégie de prix cohérente.

  • écrémage : les tarifs sont élevés, ils se démarquent de la concurrence et ne se justifient qu’avec un avantage concurrentiel et/ou une avancée technologique. Votre produit est premium et offre une valeur ajoutée forte ;
  • pénétration du marché : les prix sont bas, ils sont appliqués en général au lancement de votre activité et permettent d’attirer une part importante de la clientèle. Attention toutefois à la guerre des prix et au risque de diminution drastique de rentabilité ;
  • alignement : les prix se rapprochent de ceux de la concurrence, ils indiquent un même niveau de service et induisent une veille tarifaire. Ces tarifs sont variables, en fonction de votre structure propre et de vos coûts fixes.

Comprendre la relation à l’argent

 “Plus c’est cher, mieux c’est”, “Un prix cassé ? On essaye de m’arnaquer”, “Un fauteuil à 399,99 euros ? Super, je fais une affaire”, ces réflexions sont omniprésentes, elles imprègnent notre inconscient et façonnent nos croyances liées à l’argent. Dans l’esprit du consommateur, chaque prix est un indicateur, soit de qualité, soit de professionnalisme, soit… d’amateurisme.

Un prix à virgule, par exemple, est associé à une bonne affaire, mais aussi à quelque chose de moins prestigieux. Un prix rond revêt, quant à lui, un caractère premium. À vous de construire l’image que vous désirez véhiculer auprès de vos clients. Entre prestige et discount, vous avez le choix.

Et, lorsque vous serez devant un potentiel client, n’hésitez pas à lui faire plusieurs offres : un service minimum à prix bas, un service avec compléments à prix élevé et entre les deux, un service de base à prix juste (pour être rentable). En général, le prospect opte toujours pour l’offre du milieu.


Le prix n’est qu’un rouage de votre nouveau navire. Il s’inscrit dans un équilibre entre vos valeurs, vos atouts, vos missions, mais aussi vos différences


Établir une communication gagnante

Le prix n’est qu’un rouage de votre nouveau navire. Il s’inscrit dans un équilibre entre vos valeurs, vos atouts, vos missions, mais aussi vos différences. La question est de savoir pourquoi un client doit travailler avec vous et pas avec quelqu’un d’autre. En mettant en perspective le tarif avec tous ces éléments qui font la force de votre service, vous n’éprouverez aucun mal à justifier votre positionnement et surtout, à convaincre. Ne perdez pas de vue que votre approche doit être dynamique, qu’elle doit évoluer avec vous, mais aussi avec les besoins de vos clients et avec le marché visé.

 Pour ne plus craindre la question du prix !

Même si la question du tarif reste toujours un peu touchy, n’oubliez pas qu’elle vous permet d’asseoir votre réputation, de crédibiliser la valeur de votre produit et de marquer les croyances. Vous rendez service à vos clients : gardez ceci comme horizon, toujours. Alors, est-ce qu’il est temps d’assumer vos prix ? Sans aucun doute. Est-ce qu’il est temps d’en être fier ? Absolument !

 

Continuez sur votre lancée :

 

Source : Webinaire UCM 7/3/2022 Vivian Janssens/conseillère en création et développement d’entreprise et Katty Toussaint/conseillère en communication
Photo by LinkedIn Sales Solutions on Unsplash 

Anne-Sophie Beaujean
Créatrice de contenus, Anne-Sophie est passionnée d’écriture, curieuse et captivée par le pouvoir des mots. Des fenêtres qui ouvrent et éclairent nos communications. Freelance, elle met sa plume au service de l’entrepreneuriat et questionne les nouvelles tendances RH. L’avenir du travail, un sujet qui n’a pas fini de faire couler son encre… Anne-Sophie is een content creator, gepassioneerd door schrijven. Ze is nieuwsgierig, geboeid door de kracht van woorden en zorgt voor deuren die opengaan en onze communicatie vergemakkelijken. Als freelancer gebruikt ze haar pen voor ondernemerschap en stelt ze nieuwe HR-trends in vraag, zoals de toekomst van werk, een onderwerp waar nog steeds veel over wordt geschreven ... Voir tous les articles de Anne-Sophie Debauche