Concilier hypersensibilité et freelancing ? Se comprendre pour mieux s’orienter.

Angoisse des réunions, des prises de parole en public, peur du jugement, timidité, réserve,… Vous êtes hypersensible et les codes de l’entreprise vous épuisent ? Peut-être est-il temps d’envisager un changement d’orientation. Peut-être le freelancing sera-t-il le levier de votre épanouissement professionnel. C’est une voix, celle d’une coach de vie, qui nous éclaire sur ces “peut-être” propres à chaque profil d’hypersensible.

Peut-on combiner hypersensibilité et exigences de la vie de freelance ? Ceux qui vivent si intensément leurs émotions et leurs sensations sont-ils capables de se frotter à ce statut ? Ou, au contraire, génère-t-il trop de stress au point de menacer leur équilibre ? Coach de vie passionnée par l’hypersensibilité mais aussi spécialiste de la communication, Fabienne van Elmbt nous aide à répondre à ces questions au travers de ses lunettes de pro.

L’hypersensibilité : un trait de personnalité

Notion très récente, l’hypersensibilité a été découverte dans les années 90 par la psychologue américaine Elaine Aron. « Grâce à son test des 23 questions, elle vous propose de reconnaître votre degré de sensibilité et de répondre à votre besoin de compréhension », nous explique Fabienne van Elmbt. Selon le profil, hypersensible introverti ou extraverti, fatigabilité émotionnelle ou fatigabilité aux stimuli externes, il sera effectivement intéressant de cerner une activité professionnelle, indépendante ou non, qui conviendra davantage aux caractéristiques de l’hypersensible.

Hypersensibilité ?

L’hypersensibilité est un trait de personnalité et non un trouble ou une pathologie. Il n’y a d’ailleurs pas de portrait-robot de l’hypersensible. L’hypersensibilité se reconnaît au travers de diverses caractéristiques : une perception accrue des ressentis (émotions, sensations, douleurs), une hyperréactivité aux stimuli et aux stimulants, un seuil d’épuisement émotionnel plus bas. Au niveau cognitif, des pensées qui vont beaucoup plus vite…

La personne hypersensible, en devenant freelance, va pouvoir gérer ses horaires comme elle le sent, (…) vivre à son propre rythme, plus calmement, loin des rapports de performance.

Quand l’hypersensibilité s’épanouit dans le freelancing

“Si elle ne se connaît pas bien, si elle ne parvient pas à réguler ses ressentis, la personne à sensibilité élevée sera très vite ‘à fleur de peau’. Lui demander de travailler dans un open space, par exemple, va engendrer une fatigue intense due à l’omniprésence du bruit. En revanche, en devenant freelance, elle va pouvoir gérer ses horaires comme elle le sent, avoir un contrôle sur les tâches à accomplir et vivre à son propre rythme, plus calmement, loin des rapports de performance”, analyse la coach de vie. Les personnalités atypiques foisonnent aussi d’idées, le freelancing leur apportera des clés pour assouvir leur soif de créativité et entreprendre tous les projets qu’elles dessinent mentalement.

Hypersensible et freelance : que des avantages ?

“L’hypersensible est souvent perfectionniste. Dans un travail de freelance, le rapport au client peut alors se compliquer. L’hypersensible va vouloir en faire plus, donner le meilleur de lui-même au détriment de son équilibre. Le perfectionnisme est une prison pour ceux qui le vivent parce qu’il n’y a jamais de satisfaction, la critique est constante.” Cette dimension doit donc être travaillée : l’hypersensible, pour exercer en tant que freelance ou indépendant, devra être attentif à ce qu’il est, comprendre ses bouleversements et trouver le juste milieu “donner un peu moins et constater ce qu’il peut gagner en retour”. Et si le statut de freelance abaisse le niveau de stress d’un côté, lié à la gestion du temps, il peut générer une angoisse plus grande de l’autre : celle de ne pas avoir de prise sur ses missions futures et sur un travail qui, finalement, est loin d’être linéaire. 

Attentif aux autres, l’hypersensible est un excellent élément dans une équipe parce qu’il va amener de la cohésion. 

Des émotions au service de l’entreprise

Mais évitons le piège des généralisations abusives. Certaines personnes hypersensibles s’adaptent au monde de l’entreprise et y trouvent leur place, voire un certain épanouissement. “Attentif aux autres, l’hypersensible est un excellent élément dans une équipe parce qu’il va amener de la cohésion. Empathique, il sent très fort les fluctuations et les tensions relationnelles du groupe. Il va toujours essayer de détendre l’atmosphère, les situations de conflit le mettant très mal à l’aise. Loyal et délicat, l’hypersensible est une pierre précieuse pour l’entreprise. Il est également capable de s’émerveiller de tout, de garder beaucoup d’enthousiasme. C’est particulièrement le cas pour les projets qui lui apportent du sens.”, précise encore Fabienne van Elmbt. En revanche, dans des situations de conflits extrêmes, la remise en question peut être indispensable. Anxiété, sensation d’être à vif, c’est dans ce pic de froissements et d’hostilités latentes que l’hypersensible peut être amené à changer de statut et/ou d’orientation.

Une malle d’outils à votre disposition

Comment alors évaluer la capacité d’un hypersensible à s’orienter vers une carrière de freelance ? Ou à faire basculer sa carrière vers un autre secteur ? Quels choix opérer et avec quels outils ? “Si vous êtes hypersensible et que vous ne connaissez pas vos points rouges, il sera alors plus difficile de savoir si vous êtes à même d’exercer une activité d’indépendant. Il est important de connaître votre propre mode d’emploi. Dans le coaching, plusieurs outils peuvent aider les hypersensibles à analyser les différents aspects de leur sensibilité. C’est en reconnaissant leurs propres talents, leurs envies et leurs besoins profonds que les hypersensibles vont pouvoir travailler sur eux-mêmes et mieux se comprendre.”, conclut Fabienne van Elmbt, coach de vie chez www.tellme-coaching.be

Apprenez donc à valoriser vos talents et à faire de votre hypersensibilité une force !

 

Lisez également : Comment réussir en tant que freelance et introverti    

Photo: Aurélie Choiral