"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

La discrimination sexuelle est-elle vraiment à l’origine de l’écart salarial?

Les femmes dirigeantes gagnent près de 10 000 euros de moins par an que leurs collègues masculins. La cause ? L’inégalité de genre. Voilà qui met un point final à l’enquête menée par Liantis, le groupe de services RH. Cette situation est-elle identique pour les freelances ? Robin Deman, expert en économie et recherche à Unizo, explique les chiffres.

Différences dans les horaires de travail, barèmes salariaux plus bas, travail dans des secteurs moins porteurs… ces critères font que les femmes entrepreneurs gagnent moins que les hommes freelances, selon une étude de Liantis (en néerlandais). Robin Deman, d’Unizo, analyse les chiffres qui concernent plus particulièrement les freelances.

Taux horaire moyen

Le Freelancer Focus Rapport, précise Robin Deman, fait une distinction en fonction du type de mission et du taux horaire hors TVA. La majorité des freelances demandent un taux horaire compris entre 51 et 90 euros. »

« Le taux horaire demandé dépend du type de mission. Parmi les freelances qui effectuent des missions intellectuelles telles que le copywriting, la mise en page ou la formation, environ la moitié demande 50 euros ou moins par heure. Alors qu’un freelance sur trois travaillant dans le secteur de la consultance facture plus de 90 euros de l’heure. Je ne suis pas non plus surprise, car en tant que professionnel.le des TIC, il faut souvent avoir des connaissances hyper spécialisées et la demande de tels profils est considérable. »

 Nos calculs indiquent que le taux horaire moyen pour les hommes est de 68,5 euros et pour les femmes de 62,5 euros hors TVA.

Ratio salaire d’un secteur

« En faisant un gros plan sur un secteur, nous observons qu’il n’y a pratiquement pas d’écart de salaire. Toutes missions confondues, nous constatons que les hommes demandent un montant plus élevé que les femmes. Dans la tranche inférieure ou égale à 50 euros par heure, 37 % des femmes ont répondu positivement contre 22 % pour les hommes. Dans la tranche 51 à 90 euros par heure : 42 % des femmes contre 56 % des hommes.  Et dans la tranche supérieure à 90 euros par heure : 18 % des femmes contre 21 % des hommes. »

« Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à travailler dans les secteurs créatif et intellectuel. Les hommes sont alors plus nombreux dans le secteur technique ou des TIC. Et dans la catégorie des consultants, il y a autant de femmes que d’hommes qui travaillent. »

Ces chiffres montrent que les femmes gagnent moins parce qu’elles travaillent principalement dans le secteur créatif ou intellectuel. Ici, les taux sont plus bas que dans les secteurs techniques, des TIC ou de la consultance.

« La cause d’un écart de salaires entre hommes et femmes réside donc dans le secteur dans lequel on travaille et le type de missions qu’on accepte. Les chiffres montrent également que les femmes freelances effectuent en moyenne moins d’heures à facturer que les hommes. »

Grafique : Quel type de missions de freelance réalisez-vous principalement ? (hors TVA) ? (source : Unizo)

32 % des freelances disent être actuellement dans une situation financière précaire.

Impact dû au coronavirus

« Nous avons aussi interrogé nos adhérents sur l’impact financier de la crise liée au coronavirus.  Avant la crise, 4 % des freelances déclaraient gagner trop peu ou avoir des problèmes financiers. Aujourd’hui, ce chiffre a été multiplié par 8. 32 % des freelances se disent aujourd’hui en situation de précarité. »

« Lorsque nous prenons cette problématique du point de vue du genre, 37 % des femmes et 29 % des hommes disent avoir des soucis d’argent. Et là encore, le secteur dans lequel on travaille joue un rôle primordial. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à travailler dans des secteurs qui subissent très fortement les effets des mesures en question.  Alors que les secteurs de la consultance et des TIC sont tout simplement en plein essor. »

À lire également (en néerlandais) : De freelancer van vandaag telt gemiddeld meer grijze haren dan 5 jaar geleden (Le freelancing d’aujourd’hui compte en moyenne plus de seniors qu’il y a 5 ans)

Nathanëlla Monsaert is redacteur en grafisch vormgever. Met haar jarenlange ervaring werkt ze elke communicatie uit van A tot Z. Of hoe ze het liever zelf zegt: van A naar Beeld. Ze is een storyteller pur sang en gaat voor NextConomy vooral op zoek naar boeiende verhalen bij freelancers. Voir tous les articles de Nathanella Monsaert