Interim Manager, Consultant ou Freelance. Laquelle de ces trois dénominations vous correspond-elle?

Interim Managers. Consultants. Freelances. Trois groupes de professionnels indépendants qui abordent différemment leurs missions. Ce sont trois qualifications pas toujours utilisées à bon escient et dont on ne saisit pas vraiment ce qui les distingue. Une explication claire s’impose donc. Quand peut-on se définir comme Interim Manager plutôt que freelance ? Quel type de mission va demander l’expertise d’un consultant ? Et quand l’Interim Manager représente-t-il une plus-value ?

Afin de clarifier le débat, NextConomy a rencontré Boudewijn Dupont, président de la commission Interim Management chez Federgon et dirigeant de 3W Executive Interim Management. Boudewijn Dupont nous donne sa vision de ces trois formes de travail flexible qui malgré d’évidentes similitudes ne doivent pas être confondues.

    1. L’Interim Manager

L’Interim Manager dispose d’une expertise spécifique et d’une large expérience. Il ou elle met ses connaissances et son bagage intellectuel à profit dans des projets au sein d’organisations. Les Interim Managers interviennent dans le cadre de projets de changements importants, de remplacements de dirigeants, de gestion de situations de crise, ou encore de pénurie de ressources surqualifiées. Les missions sont souvent très larges : de l’analyse de la situation à la mise en œuvre de plans stratégiques. Ils assument la responsabilité finale de la mission et mettent en place les personnes qui vont mener à bien les plans définis.

Une estimation issue d’Interim Management providers nous indique qu’en Belgique le tarif moyen journalier de l’Interim Manager est de 750 euros.

« Lors de la sélection d’un Interim Manager, nous allons vérifier si le niveau de leur carrière correspond bien à une valeur représentative sur le marché. Une estimation issue d’Interim Management providers nous indique qu’en Belgique le tarif moyen journalier de l’Interim Manager est de 750 euros. Chez 3W, la barre est placée très haut. Inversement, nous devons atteindre des critères précis lorsque nous qualifions des missions. C’est ainsi que nous prenons en compte le niveau des responsabilités à assumer par le candidat et le nombre de personnes qu’il devra diriger. La mission doit en outre avoir un objectif bien défini », explique Boudewijn Dupont.

    1. Le Consultant

Un consultant dispose normalement de la même expertise et de la même expérience que l’Interim Manager. Le rôle du consultant est de conseiller. Il ou elle fait son analyse de la situation et apporte ses conseils ; il revient à l’organisation de développer ses recommandations en interne. La phase d’implémentation d’une stratégie se fera avec ou sans le consultant. Le consultant, tout comme l’Interim Manager, ne s’investit donc pas dans la mise en œuvre opérationnelle du plan défini.

    1. Freelance

Avec son expertise, le freelance s’investit au niveau opérationnel. Il gère sa mission au sein d’un plan stratégique existant. Le freelance peut aussi être un expert de niche avec une large expérience. Toutefois, sur la plateforme NextConomy, le terme freelance apparaît souvent comme une désignation générique. Nous reprenons ici la définition du SERV (Sociaal-Economische Raad van Vlaanderen) de son rapport de 2017 ’Freelancers in Vlaanderen’. ‘Les freelances sont des entrepreneurs indépendants sans personnel qui louent leurs services à des entreprises, temporairement ou le temps d’une mission, en utilisant leurs compétences, leurs connaissances ou leur créativité.’

Chacune de ces trois formes de travail flexible requiert expérience et expertise. Dont acte. La différence essentielle réside dans le niveau de responsabilité associé à la mission. Ainsi que la mesure dans laquelle vous êtes concerné par sa mise en œuvre opérationnelle. De là à penser que tout et chacun va user des trois termes à point nommé relève sûrement de l’utopie. Disons que le présent article est un petit guide pour éviter les malentendus entre les différents acteurs du monde du travail.