"Exploring the future of work & the freelance economy"
écart salarial entre les hommes et les femmes

L’écart salarial entre les hommes et les femmes est-il également une réalité pour les freelances ?

L’écart salarial entre les hommes et les femmes est un sujet qui apparaît régulièrement sur le devant de la scène. Dans de nombreux secteurs, les femmes ont une rémunération inférieure à celle de leurs collègues masculins. Qu’en est-il pour les freelances ?

Des études britanniques démontrent que le domaine des freelances est, comme l’ensemble du marché, sujet à une discrimination salariale fondée sur le sexe. Ce sont en particulier les femmes freelances travaillant dans l’industrie axée sur la connaissance, et notamment le marketing, le divertissement et la technologie, qui perçoivent une rémunération moindre que celle de leurs confrères masculins.

Freelances masculins

Une enquête menée par la plateforme pour freelances ‘YunoJuno’ révèle que dans l’industrie créative britannique, les freelances hommes gagnent en moyenne 367 euros par jour, soit quinze euros de plus que leurs homologues féminines. Et cette différence passerait même à 57 euros dans des secteurs créatifs comme le design, l’expérience utilisateur et la production cinématographique.

Une étude publiée sur le site Equal Pay Day en 2017 laisse toutefois apparaître que l’écart salarial entre les hommes et les femmes freelances et indépendants britanniques tend à diminuer rapidement. Selon la plateforme de services en ligne Bividine, l’écart salarial entre les hommes et les femmes était en 2016/2017 en moyenne de 1,9%.

Freelances féminines

Comme pour faire exception à la règle, dans des secteurs comme la photographie ou ceux de l’enseignement de la musique et des langues, les femmes freelances gagnent plus que les hommes. C’est ainsi que les femmes photographes de mariage gagnent 4,5% de plus que les hommes :  783 euros contre 748 euros.

On peut néanmoins mettre en évidence trois causes aux écarts discriminatoires observés.

Les femmes seraient moins exigeantes que les hommes au moment de discuter salaire. Selon un sondage réalisé par le site Glassdoor, les femmes indépendantes négocient en fait moins que les hommes. C’est ainsi que 68% des femmes acceptent le montant de rémunération proposé. Alors qu’un homme sur deux le négocie. De plus, de nombreux freelances ne savent pas ce qu’ils valent réellement et ne s’informent pas suffisamment sur les tarifs pratiqués.

Aujourd’hui encore, les soins entourant les enfants et les membres âgés de la famille sont généralement du ressort des femmes, ce qui peut avoir un impact sur leur carrière. Elles sont par exemple amenées à faire une pause dans leur carrière, ce qui a pour conséquence une moindre expérience que leurs confrères masculins, et qui va influencer les tarifs.

Les femmes sont également discriminées au niveau même de la négociation salariale, affirme le professeur Malcolm Bryning de l’Université de l’Essex. Selon lui, les femmes de plus de trente ans et les mères sont souvent victimes de partialité concernant leur dévouement et leur fiabilité.

Et vous, pensez-vous qu’en Belgique un écart salarial existe entre les freelances hommes et les freelances femmes ? Pouvez-vous même en témoigner ? Surtout, n’hésitez pas à réagir à cet article.

Source : Chartered Management Institute