Si seulement on me l’avait dit quand je démarrais…

Qu’avez-vous appris ces derniers temps que vous auriez aimé savoir lorsque vous avez commencé en tant que freelance ? La rédaction de NextConomy a posé cette question à plusieurs freelances. Voici leurs réponses.

Qu’il s’agisse de relations clients, du recours à un comptable ou d’une réflexion à propos de soi-même, il s’agit  de sujets clés que les freelances ont abordés récemment. Et qu’ils auraient dû maîtriser quand ils ont pris la décision de devenir indépendants.

Clients

La relation clients est une préoccupation majeure pour de nombreux freelances, et ce à tous les niveaux de ladite relation. « Vous devez impérativement approcher les prospects comme il se doit : vous montrer trop discret est inadapté et les pousse à renoncer, être trop fougueux leur fait peur et les incite aussi à abandonner. »

Si vous avez l’occasion de participer à une réunion concernant un projet, vous devez tenir compte des éléments suivants : « Passez les clients au crible lors de l’entretien préliminaire et osez poser des questions sur la mission, le tarif, les conditions… Si une mission ou un client ne vous plaît pas, osez dire NON. Vous vous en féliciterez plus tard. »

Si une mission ou un client ne vous plaît pas, osez dire NON. Vous vous en féliciterez plus tard.

« Demandez un acompte et vous aurez donc plus de garanties concernant la poursuite du projet. Si on vous le refuse, eh bien, vous vous contenterez de l’argent dont vous disposez. »

En savoir plus. Noooon ! Je suis freelance et ma mission vient d’être annulée.

« Prenez congé des clients irrespectueux. »

« Ne diminuez pas vos tarifs. Les clients connaissent toujours bien quelqu’un qui peut le faire à un meilleur prix. Il leur arrive parfois de revenir vers vous, la queue entre les jambes. « Le bon marché coûte cher. »

Et last but not least : « Les bons comptes font les bons amis. Engagez un avocat au besoin. »

En savoir plus.

Les services publics administratifs

Selon certains freelances, les services publics administratifs pourraient améliorer leur façon de travailler. En premier lieu, a été abordée la charge fiscale trop élevée. Le manque de vision et de stratégie vis-à-vis des freelances et la quantité excessive de paperasserie sont aussi évoqués. « Se renseigner avec précision avant la création d’une entreprise et se faire accompagner par les bonnes personnes » sont des conseils qui valent de l’or ». Voilà pour une remarque astucieuse.

Se renseigner avec précision avant la création d’une entreprise et se faire accompagner par les bonnes personnes » sont des conseils qui valent de l’or

Le comptable

« Un comptable devrait être obligatoire pour une start-up », répond l’un des freelances interrogés et nombreux le rejoignent sur ce point. « Il arrive que les freelances viennent me voir uniquement quand ils sont face à de sérieux problèmes », témoigne un autre. « le comptable est votre conseiller de premier plan et le plus important : il travaille de manière indépendante. On ne peut pas dire cela des banques, des courtiers d’assurance, des secrétariats sociaux… Ils veulent avant tout vous vendre un produit ou un service. »

Un comptable devrait être obligatoire pour une start-up

Vous en tant que tel

Les freelances ne craignent pas non plus de balayer devant leur porte. « Externaliser est une formule gagnante, n’essayez pas de tout faire vous-même. Comme le dit si bien le proverbe, les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés. »

Mais surtout, « si vous travaillez dur et que vous ne gagnez pas votre vie, vous êtes un piètre patron pour vous-même. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *