Freelance en entreprise : les qualités essentielles

Plus le temps passe, plus les formules de freelancing gagnent en popularité au sein des entreprises. Si ce mode de travail existe depuis plus de vingt ans en Belgique, certaines organisations commencent seulement à prendre la mesure des opportunités qu’il permet. Avec, dans la foulée, certaines attentes qui sont récurrentes d’une entreprise à l’autre.

Expertise et flexibilité

Le marché des freelances est en croissance, se développe, autant du côté des candidats que du côté des clients. Un succès en évolution qui s’explique surtout par la flexibilité que la formule apporte aux entreprises, selon Joël Poilvache, Directeur de la branche belge Robert Half, société internationale spécialisée en conseils RH. « Les organisations apprécient de pouvoir choisir dans le rayon d’expertises dont ils ont besoin. On vit et travaille dans des environnements qui changent de plus en plus rapidement au niveau technologique, mais aussi concurrentiel, entre autres. Il est donc intéressant pour les entreprises de pouvoir compter sur des experts au moment où elles sont confrontées à des urgences, à des projets qui bougent vite, sans devoir s’engager dans une relation qui n’aura plus de sens dans quelques mois. L’expertise à la carte, c’est vraiment ça qui les intéresse. » 

L’expérience réelle

A l’heure où de plus en plus de personnes se lancent sur le marché en tant qu’indépendant,  freelance et travailleur autonome, les critères de choix changent aussi pour les entreprises. Face à un choix plus large, elles auront tendance à se tourner vers l’expérience des profils disponibles. Néanmoins, il n’est pas ici question d’expérience en années de pratique, mais bien d’accomplissements. « Ce qui intéresse une organisation, c’est de travailler sur une mission avec un freelance qui aura travaillé et géré des projets similaires à ce qu’elle recherche, dans d’autres environnements. Quelqu’un qui va pouvoir apporter les outils qu’il a déjà développé, appliqué, et qui ont porté leurs fruits. » Exiger un œil extérieur et expérimenté sur une problématique déterminée est aujourd’hui un paramètre que les entreprises doivent donc prendre en considération.

Neutralité

Quand une organisation doit faire face à une situation nouvelle, ou de crise, elle a de plus en tendance à chercher à faire appel à un externe neutre politiquement, comme le souligne très justement Joël Poilvache. « La neutralité permet de faire avancer plus facilement certaines choses, de débloquer des points sensibles grâce à un regard extérieur qui restera très impliqué. Le freelance est généralement un gros bosseur qui va pouvoir faire avancer les choses différemment et jouer un rôle significatif dans les résultats obtenus. »

L’intelligence émotionnelle

Dans la continuité de la neutralité, les organisations qui font appel à des freelances et des travailleurs autonomes pour des missions cherchent également des personnes qui seront capables de s’intégrer aux équipes, de s’adapter aux différentes réalités de terrain et de personnalités, pour mener à bien les projets qui leur seront confiés. « Pour les organisations, au niveau de la gestion de projets transversaux ou de reprise en mains d’un département, c’est le côté opérationnel qui va être essentiel. Il faut quelqu’un qui aura développé une bonne intelligence émotionnelle pour comprendre très vite ce qu’il se passe entre les collaborateurs, les membres de l’équipe, pour ensuite pouvoir communiquer de la bonne façon. C’est un élément essentiel dans la gestion de projet en équipe », conclut Joël Poilvache.

OpenWork is a platform that allows companies to deal directly with consultants, with all the protection of an agent. We reinvest 80% of our profits directly in the community & continual developments on the platform, these include free skills workshops, parties & networking and conferences. Welcome to an Open way of Working.

Voir tous les articles de Open Work