"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

Le freelance peut-il se permettre un burn out ?

« Comme je suis freelance, je ne sais plus prendre de vacances. Si je ne travaille pas, je n’ai pas de revenus, et je paiera quand même beaucoup d’impôts… » Mythe ou réalité ? Le freelance n’est lui aussi qu’un être humain. S’il se laisse envahir par le boulot et le stress, c’est l’épuisement progressif qui le guette… et le burn out. Dans sa chronique publiée dans La Libre, Julie Arcoulin partage ses réflexions, donne des conseils et annonce quelques chiffres.

Burn out qui es-tu ?

Faut-il le rappeler, le burn out est un syndrome d’épuisement physique et psychologique. Souvent associé au travail, on sait aujourd’hui qu’il est multifactoriel. Julie Arcoulin, spécialiste en développement personnel et relationnel, a identifié des modes de fonctionnement qui, aussi bien au travail qu’à domicile, rendent le terrain propice au burn out. Elle parle d’énergie débordante, d’idées plein la tête, de résistance au stress, d’hypersensibilité, de grand perfectionnisme, de tas de projets et d’activités en même temps…

Burn out ? Non merci

Pour l’indépendant ou le freelance, la pression est d’autant plus forte du fait qu’il ou elle est souvent seul(e) à faire tourner la boutique. On pense travail, on vit travail. Et ce ne sont pas les technologies qui vous l’aider à se débrancher (pareil pour les salariés, nous n’en doutons pas). Le burn out arrive après des périodes de stress chronique (deadlines, charge émotionnelle, travail ininterrompu…) associées notamment au besoin constant d’assurer ses revenus. Une pause prolongée est donc souvent difficile à envisager, et on ne prêtera pas attention aux symptômes annonciateurs. Mais à plus ou moins long terme, cette politique de l’autruche n’est pas du tout payante.

Les chiffres

Selon une enquête des Mutualités Libres :

  • 82% des indépendants travaillent plus de 8 heures par jour.
  • 54% prennent rarement des vacances
  • 73% travaillent le soir et le week-end
  • 63% pratiquent un loisir une seule fois par semaine
  • 4 indépendants sur 10 ont une charge de travail trop élevée

Selon une étude menée par Ria Bourdeaud’hui et Stephan Vanderhaeghe :

« Une charge de travail trop élevée est la problématique majeure en cas de fatigue psychique chez les indépendants. Elle concerne 4 indépendants sur 10, ce qui multiplie par 5 le risque qu’ils courent de connaître une fatigue psychique importante. »

5 conseils pour les freelances

  1. Commencez par être attentif, écoutez votre corps, et surtout écoutez votre entourage
  2. Faites-vous accompagner par un spécialiste ou un médecin pour trouver des solutions adaptées à vos activités
  3. Optimisez au mieux votre business model
  4. Si vous êtes au début de votre activité, prenez tout de suite de bonnes habitudes
  5. Autorisez-vous (eh oui !) une pause de 24 heures au moins une fois par semaine

 

Source : La Libre, Julie Arcoulin

Jean-François est Créateur de contenu (freelance of course) et amoureux de Communication. Pour lui, les #RH, le #Nouveau Monde du Travail, l’#Entrepreneuriat et la #Transformation Digitale sont ses drogues durs. Jean-François is Content Creator (freelance of course) en in love met communicatie. Voor hem zijn #HR, de #NWOW, #Entrepreneurship en #DigitalTransformation zijn harddrugs. Voir tous les articles de Jean-François Dinant