"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

Le meilleure compétence est la volonté d’évoluer

Quel est l’impact de la digitalisation sur nos entreprises et sur notre manière de travailler? Valérie Taerwe, solutions architect chez AE, répond. Durant le Job Factory de la Haute École Thomas More à Malines, elle nous a initié au monde VUCA, aux structures de réseau, aux théories X et Y et aux soft skills 2020.

Le monde VUCA

Le terme VUCA décrit le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Notre environnement évolue continuellement, est incertain et complexe. Le terme VUCA est lié à la manière dont nous vivons depuis la révolution initiée par l’internet. L’évolution digitale est de plus en plus rapide, ce qui la rend d’autant plus difficile à suivre.

  • Volatile: en perpétuel changement
  • Uncertain: incertain
  • Complex: complexe
  • Ambiguous: vague et ambigu

Accelerating Growth in Technology

Le monde évolue de plus en plus vite. Le graphique  Accelerating Growth in Technology. le démontre. Les sociétés sont contraintes à évoluer dans le même sens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Travailler dans une structure de réseau

“La disparition de l’organigramme classique, qui place le personnel exécutant en bas de l’échelle et le CEO tout en haut, représente un des changements opérés au sein des sociétés. Le personnel a maintenant tendance à se regrouper par domaine et travaille souvent sur plusieurs domaines en même temps. Nous travaillons désormais dans une structure de réseau dans laquelle, lorsque nous avons une question, nous nous adressons directement à la personne ayant les compétences requises plutôt qu’au directeur, explique Valérie.

Théorie X et Théorie Y

Le professeur en Management Douglas Murray McGregor, a présenté dans son livre The Human Side of Entreprise la Théorie X et la Théorie Y (années 60). Ces théories décrivent 2 modèles opposés de la motivation au travail par la direction. La Théorie X insiste sur l’importance d’une supervision stricte, d’une récompense externe et de punitions. La Théorie Y souligne le rôle motivant de la satisfaction au travail et encourage les employés à effectuer des tâches sans supervision directe.

  • La Théorie X part de l’hypothèse que les gens sont paresseux, ne veulent pas travailler, ne prennent par leurs responsabilités, qu’une supervision constante est nécessaire et que seule une récompense peut les motiver.
  • La Théorie Y dit que les gens travaillent avec plaisir naturellement, aiment prendre des initiatives, sont impliqués, sont créatifs et prennent leurs responsabilités.

«Nous nous reconnaissons le plus souvent dans le groupe de la Théorie Y, mais nos collègues nous placent plutôt dans le groupe de la Théorie X. Nous évaluons donc nos collègues de façon erronée», explique Valérie, «ce qui rend l’autogestion des sociétés d’autant plus difficile à réaliser.» Et pourtant, c’est tout à fait possible ; car selon elle, tout le monde a en soi cette capacité à se comporter comme le groupe de la Théorie Y.

Les sociétés qui s’autogèrent ont besoin d’équipes autogérées, composées ainsi de personnes flexibles, disposant de toute la liberté pour assumer des tâches de manière autonome. 60% de la génération Y s’attendent à recevoir cette liberté», poursuit Valérie.

Top 10 skills 2020

Dans le monde du travail, la créativité, l’intelligence émotionnelle et la flexibilité cognitive sont 3 nouvelles soft skills dont vous aurez besoin en 2020. C’est ce que dit le World Economic Forum qui a établi le top 10 des compétences requises en 2020. «Mais la meilleure compétence est la volonté d’évoluer. Le changement doit être accueilli à bras ouverts, car les sociétés vont continuer à évoluer», conclut Valérie.

 

Nathanëlla Monsaert is redacteur en grafisch vormgever. Met haar jarenlange ervaring werkt ze elke communicatie uit van A tot Z. Of hoe ze het liever zelf zegt: van A naar Beeld. Ze is een storyteller pur sang en gaat voor NextConomy vooral op zoek naar boeiende verhalen bij freelancers. Voir tous les articles de Nathanella Monsaert