"Exploring the future of work & the freelance economy"

Ils sont partout !

Trois profils complètement différents qui entrent pourtant dans la catégorie des freelances, c’est dire si elle est hétérogène ! Dans le fond, presque tous les métiers peuvent être exercés en freelance.

Généralement, lorsque l’on pense aux “freelances” c’est principalement pour des métiers de développeur, copywriter, designer … simplement parce que la majorité des contenus sur les freelances sont créés par des plateformes positionnées sur ces métiers-là. Je suis d’ailleurs le premier à mettre en avant ces expertises les plus nombreuses.

Pourtant, énormément de métiers différents peuvent s’exercer en freelance, certains dont je n’aurais même pas soupçonné l’existence. L’an dernier je suis tombé sur un pêcheur professionnel indépendant qui avait été sollicité dans le cadre d’un projet d’aménagement urbain pour déplacer des poissons d’un étang à un autre ! Il fallait y penser !

Le freelancing concerne (presque) tous les métiers

Si le terme de freelance fait la plupart du temps référence à des personnes travaillant dans l’IT ou le marketing, ces départements sont loin d’être les seuls dans lesquels le freelancing est en vogue. Les réflexions qui poussent les travailleurs à se lancer en tant qu’indépendants concernent toute une population et pas seulement quelques catégories de métiers.

Il est temps de montrer la variété des activités qui peuvent s’exercer en freelance. Aujourd’hui je vous propose trois profils que l’on n’a pas l’habitude de croiser dans les différents contenus pour freelances ou sur les plateformes et qui pourtant s’éclatent en freelance. Si ça peut donner des idées à certains, il y a des places à prendre et si ça peut tordre le cou au cliché du freelance derrière son ordinateur, c’est bon aussi.

Il est temps de montrer la variété des activités qui peuvent s’exercer en freelance

#1 Have you met Nicolas Dupont ?

Il évolue dans une industrie qui ne connaît pas la crise, elle est bien au contraire considérée comme prioritaire ! Nicolas est freelance spécialisé en Assurance Qualité et propose son expertise à des sociétés dans le domaine médical. Ses clients travaillent par exemple sur des projets de pacemakers ou réalisent des exosquelettes. Dans l’un de ses derniers projets, il a pu réfléchir à la façon de mettre en œuvre les règlements, les normes et les intégrer dans un projet avec les contraintes humaines et budgétaires qui lui sont propres.

Il témoigne : « Sur un de mes projets, j’ai pu voir concrètement le résultat de notre travail. J’ai pu voir marcher pour la première fois un homme qui n’était plus en mesure de le faire depuis quelque temps et qui était arrivé dans nos locaux le matin même en fauteuil roulant ».

Rencontrer du monde, juger de l’impact de son travail en direct, intervenir sur des problématiques différentes … autant d’avantages de la vie de freelance qui s’appliquent aussi bien au métier de Nicolas que ce serait le cas pour un profil marketing.

#2 Have you met Cyril ?

Cyril est consultant Santé, Sécurité et Environnement sur des projets de construction d’Éoliennes. Concrètement, il se charge de superviser le déroulement des opérations en s’assurant que les bonnes personnes utilisent les bons équipements au bon moment. Il s’assure qu’elles ont les habilitations requises afin que le chantier se déroule dans les meilleures conditions afin de diminuer les risques liés à l’environnement de travail.

Il nous raconte son quotidien :

“Un projet d’installation d’Éoliennes dure environ 6 mois. Nous partons d’un champ massif, par exemple des champs de blé, il faut gérer les fondations, les routes d’accès, acheminer les morceaux de tour, la nacelle, le moteur et les pales et utiliser la grande grue. Sur un chantier, il peut y avoir près de 45 personnes qui interviennent en même temps donc il faut s’assurer que tout ce petit monde respecte les règles de sécurité et interagit de la bonne façon.”

Les éoliennes sont installées pour une durée de 25 ans et alimentent en électricité jusqu’à 40.000 personnes sans émettre de CO2, leurs performances ont presque doublé en dix ans. Il y a de quoi être fier en rentrant chez soi !

#3 Have you met Jérôme

Après une belle carrière au sein de grands cabinets de conseil, Jérôme a décidé de se lancer en tant que consultant indépendant. Il conseille par exemple des banques ou des assurances sur la mise en place d’un nouveau modèle analytique, la remise à plat d’une orientation stratégique ou d’un programme de transformation.

Et voilà ! Trois profils complètement différents qui entrent pourtant dans la catégorie des freelances, c’est dire si elle est hétérogène ! Dans le fond, presque tous les métiers peuvent être exercés en freelance.

Pour tous les âges ? 

Si l’âge moyen du freelance est de 34 ans en France, le lancement en tant qu’indépendant est aussi très intéressant pour les travailleurs seniors. Forts d’une longue expérience ils ont souvent un solide réseau et une expertise pointue à mettre au service des projets de leurs clients.

A tous niveaux de responsabilité ?

Le freelance n’est pas un exécutant, on le retrouve occasionnellement à des postes stratégiques comme CMO ou encore DRH. Il n’est pas non plus rare d’intégrer un freelance au sein d’une équipe hybride afin de lui confier la gestion du projet parce qu’il est le plus expérimenté. Les freelances sont bel et bien partout !

La crise que nous traversons devrait renforcer la démocratisation du freelancing

L’essor du freelancing n’était déjà plus à prouver, la crise que nous traversons est simplement venue renforcer cette tendance.

Jon Younger a interrogé pour Forbes au début de la crise du COVID une vingtaine de leaders américains de l’univers du du freelancing. S’ils notent une très forte baisse d’activité à court terme, ils prévoyaient en revanche une importante augmentation du nombre de missions en freelance à distance pour les prochains mois. L’avenir leur a donné raison puisqu’une nouvelle étude datant de Septembre abonde en ce sens.

Pour les travailleurs dont l’activité est malheureusement à l’arrêt, nous pouvons imaginer que les freelances sauront rebondir puisqu’ils ne dépendent souvent pas d’un unique client et sont habitués à l’incertitude qui caractérise désormais notre quotidien.

Les freelances sauront rebondir puisqu’ils ne dépendent souvent pas d’un unique client et sont habitués à l’incertitude.

Pour d’autres qui auraient du mal à trouver un CDI, le freelancing pourrait bien devenir l’unique alternative afin de continuer à travailler. Dans ce cas-là, nous sortons complètement de la tendance précédant la crise dans laquelle les travailleurs faisaient le choix de l’indépendance, le freelancing deviendrait un choix par défaut. C’est ce qu’il s’était passé notamment en Espagne suite à la crise de 2008 où de nombreux travailleurs avaient été contraints par les entreprises à créer un statut d’autonomo car celles-ci voulaient éviter de payer les charges salariales.

A la reprise, il s’agira de veiller à ce que de telles situations de salariat déguisé n’existent pas afin de ne pas précariser le statut de freelance.

Cet article a initialement été publié dans la newsletter le Billet du futur.