"Exploring the future of work & the freelance economy"

Conny Vandendriessche : « La gestion des talents doit figurer en priorité à l’ordre du jour des conseils d’administration »

« Le défaut de talents représente un frein bien plus important à la croissance d’une organisation que le défaut de capitaux. Une telle situation doit particulièrement préoccuper le conseil d’administration », affirme Conny Vandendriessche. C’est l’objet du livre coécrit par Marleen Deleu ‘Mis geen talent’ dans lequel elle nous explique que la nouvelle réalité du marché du travail nécessite une nouvelle approche de la gestion des talents.

Répertorier les talents disponibles

Répertorier les talents disponibles n’a jamais été une tâche aisée. Et comme ces talents opèrent de plus en plus de façon décentralisée ou sont en mission, l’exercice se complique encore. Comment identifier les compétences disponibles ? Et comment utiliser ces compétences au mieux, qu’il s’agisse de talents internes ou externes ?  Des questions que la ‘Leading Lady’ du monde de l’intérim en Belgique a été amenée à se poser régulièrement au fil des années.

Si vous voulez stimuler la mobilité interne, vous devez avant tout cesser d’insérer convulsivement des talents et des compétences dans des cadres qui seront déjà dépassés le lendemain

Répertorier les talents est dépassé

La crise sanitaire actuelle est un accélérateur majeur pour décentraliser le travail, mais l’internationalisation croissante et le ‘remote work’ signifient également que nous avons de moins en moins de prise sur les compétences présentes au sein d’une organisation. Les choses évoluent d’autant rapidement qu’il devient presque impossible de tenir la situation à jour. Selon Conny Vandendriessche, obtenir un bon aperçu des compétences disponibles a toujours été une activité intense mais peu dynamique. Une tâche pour laquelle les professionnels RH doivent jongler avec des matrices et des spreadsheets. « Si vous voulez stimuler la mobilité interne, vous devez avant tout cesser d’insérer convulsivement des talents et des compétences dans des cadres qui seront déjà dépassés le lendemain », affirme Conny Vandendriessche.

Créer du mouvement

Conny Vandendriessche : « Vous créez de la mobilité en vous concentrant sur l’avenir et en inversant les rôles. Quels sont les talents et quelles sont les compétences dont nous aurons besoin d’ici trois à cinq ans ? L’ouverture et la transparence doivent inciter les collaborateurs à être mobile en interne. Si l’on veut favoriser une culture du mouvement et de la mobilité, les RH doivent d’abord s’y atteler dynamiquement, au lieu d’examiner statiquement la situation. »

Le système de budgétisation du personnel est tout autant dépassé lorsqu’il se réfère principalement à des contrats fixes

Une budgétisation du personnel basée sur les compétences

« Le système de budgétisation du personnel est tout autant dépassé lorsqu’il se réfère principalement à des contrats fixes », nous dit Conny Vandendriessche. « Vous risquez de manquer de créativité dans votre approche pour vous adjoindre les compétences et les talents. Il est préférable d’établir un budget intégral par rapport à un package de compétences. La façon dont ces compétences seront acquises devient alors secondaire. »

Les futurs talents veulent entreprendre

Récemment, GIGHOUSE, la plateforme de mise en relation de freelances et de clients, a évalué la volonté qu’avaient les étudiants de se lancer comme entrepreneurs pendant ou après leurs études. Et les résultats sont édifiants. 51 % des étudiants concernés ont indiqué vouloir démarrer une activité indépendante comme freelance ou entrepreneur directement après leurs études. Il est clair que ces futurs talents ne vont pas se limiter à opérer selon les stratégies RH classiques. Ils vont donc de plus en plus apparaître sous des formes non traditionnelles.

De goulet d’étranglement à fer de lance

Attirer les talents dotés des bonnes compétences reste pour les entreprises un goulet d’étranglement dans leur stratégie de croissance. La façon dont ces talents se forment et se développent professionnellement, et ce que la nouvelle génération de travailleurs attend d’une carrière professionnelle, constitueront progressivement l’ordre du jour des organisations. Ce sont précisément ces questions qui doivent émerger de l’agenda des départements RH. Les talents doivent être la préoccupation de celles et ceux qui sont responsables de l’avenir même de l’organisation. « La gestion des talents doit figurer en priorité à l’ordre du jour des conseils d’administration », recommande Conny Vandendriessche.