"Exploring the future of work & the freelance economy"

Le freelance est un expert

Lorsqu’une collaboration entre un freelance et une entreprise se passe mal, c’est rarement dû à un manque de compétences mais trop souvent à un problème de communication entre les deux parties. Et la responsabilité peut être bilatérale, je l’ai expérimenté personnellement et observé autour de moi.

L’entreprise a besoin d’évoluer

L’entreprise a été pensée depuis des années pour fonctionner avec des salariés et le management s’inscrit la plupart du temps dans ce cadre-là.

Les problèmes surviennent à partir du moment où l’entreprise fait appel aux freelances mais se comporte avec eux comme s’ils étaient des salariés.

Lorsque la mission commence mal, c’est bien souvent que le cadre de celle-ci n’a pas été correctement défini, il arrive que l’entreprise croit avoir identifié un besoin et pourtant elle se rend compte au fur et à mesure de l’avancée de la mission que le travail du freelance ne correspond pas à ses attentes. Or le freelance fait exactement ce pour quoi il a été sollicité, le problème vient d’une erreur d’identification du besoin : un décalage se crée entre les attentes de l’entreprise et les livrables du freelance.

Dans le cadre d’un projet réalisé par des salariés ce n’est pas forcément problématique puisque ces derniers sont présents sur le long terme et peuvent pivoter dans leurs tâches. Leur rôle est de mettre leurs compétences à profit en accompagnant l’entreprise sur ses projets dans sa globalité.

Or dans le cadre d’un freelance, celui-ci vient pour une durée déterminée et pour un projet précis. Dès lors, l’entreprise doit prendre soin d’émettre un brief qui soit très clair pour que le freelance puisse se projeter dans la mission et rendre un livrable conforme aux attentes.

Le brief est le premier contact que le freelance va avoir avec l’entreprise cliente, il doit lui permettre de comprendre s’il est qualifié ou non pour la mission et si les conditions de celle-ci lui conviennent. Dans un contexte de guerre des talents, la création d’un brief clair devient même une façon de se démarquer, de donner envie au freelance de venir travailler dans l’entreprise.

Que doit contenir le brief ?

 Le contexte

Il s’agit d’abord de donner le contexte de la mission, d’expliquer quelle est l’entreprise, quel est le projet et l’environnement dans lequel la mission va se dérouler.

L’équipe

Ensuite il faut donner la possibilité au freelance de se projeter en lui indiquant s’il va agir seul, s’il sera intégré à une équipe, qui seront ses interlocuteurs durant la mission, quelles sont les personnes qu’il va rencontrer.

Les objectifs

Il faut être très précis sur la problématique, les attentes de l’entreprise et les compétences dont l’entreprise a besoin. Il faut aussi, en fonction des métiers, énoncer les technologies ou outils que le freelance doit maîtriser pour réaliser la mission. L’entreprise peut aussi préciser le niveau de séniorité attendu pour cette mission.

Le cadre

La mission est-elle urgente ? Quelle est la durée de la mission ? Combien de jours ou d’heures par semaine ? Le travail en remote est-il possible, totalement, partiellement, le freelance peut-il décider lui-même ?

Le Taux Journalier Moyen (TJM) n’a pas forcément à apparaître dans le brief, en revanche il faut avoir une idée du budget consacré à la mission pour l’étape suivante : le recrutement.

Le fait de rédiger un brief clair ne sert pas uniquement le freelance, bien au contraire. Cela permet à l’entreprise de s’interroger sur ses besoins, sur sa stratégie et de bien cibler les projets en cours avec de vrais avantages en ligne de mire : des gains en termes de temps et de ressources engagées.

C’est un expert !

La plupart des briefs d’entreprises étant incomplets et les missions mal ciblées en fonction des véritables besoins de l’entreprise, les freelances ont tôt fait de rejeter la faute sur leur interlocuteur.

Pourtant, le rôle d’un freelance qui se considère réellement comme un expert est bien d’accompagner l’entreprise dans la définition de son besoin. C’est à ce moment-là qu’il révèle sa vraie valeur et que la différence se fait entre un bon freelance et un excellent freelance.

Le freelance est un expert qui apporte une solution à l’entreprise, avant d’entrer dans le détail opérationnel de la mission, son rôle est déjà d’aider l’entreprise à traduire clairement son besoin dans un brief. Ensuite le freelance conserve cette posture d’expert en guidant les différentes étapes de la collaboration, en expliquant sa démarche et en définissant les caractéristiques des livrables, les différentes deadlines et les moyens de communication.

Alexis en parlait dans la cinquième vidéo de sa série le Mode d’Emploi, et je me suis déjà retrouvé dans la même situation.

Il est freelance en content marketing ce qui signifie qu’il est contacté par des entreprises pour rédiger du contenu, des articles de blog par exemple. Or rédiger un article s’il ne s’inscrit pas dans une stratégie marketing et une ligne éditoriale n’a pas de sens. Là où un bon freelance aurait rédigé un bon article pour l’entreprise qui l’aurait publié et n’aurait pas forcément eu les retours escomptés, un excellent freelance va commencer par interroger l’entreprise sur ses attentes à travers l’article, sur l’audience et sur ses besoins en termes de marketing. C’est ce qu’a fait Alexis pour se rendre compte que l’entreprise avait plutôt besoin de connaître ses utilisateurs et de démarrer une mission de recherche marketing plutôt que de commencer à créer du contenu sans ligne directrice et pour une audience inconnue.

A New York, j’avais rencontré Ryan, freelance en développement mobile. A force de développer des applications pour ses clients, il a fini par étendre le spectre de son accompagnement. En plus de livrer son code, il livre ses conseils stratégiques pour développer l’activité autour de l’application et penser la suite. Il apporte bien plus de valeur grâce à son expertise que simplement la mission pour laquelle il a été sollicité au départ. C’est à partir du moment où il offre en “bonus” à l’entreprise sa vision, son temps et ses ressources qu’il devient un freelance remarquable.

 

Auteur : Samuel Durand – Auteur de la newsletter le Billet du futur et consultant sur la transformation du travail.

Photo by Austin Distel on Unsplash