"Exploring the future of work & the freelance economy"

L’ambition des jeunes entrepreneurs est plutôt modérée

La moitié des entrepreneurs ayant entre 18 et 35 ans trouvent important leur rôle sociétal. Ils ne visent pas immédiatement la croissance de leurs effectifs ou de faire des acquisitions, et encore moins une introduction en bourse.

Le focus des jeunes entrepreneurs se porte sur leur survie. Ils admirent néanmoins les grands entrepreneurs tels que Marc Coucke et Elon Musk. C’est ce qui ressort de la première enquête commune menée auprès de 1.167 indépendants à titre principal âgés de 18 et 35 ans, à l’initiative du prestataire en ressources humaines ACERTA et du Forum pour entrepreneurs engagés ETION, en collaboration avec  la Haute École Artevelde, la Haute École de Gand et Gentpreneur.

Être son propre patron est d’or

Selon l’enquête réalisée par ACERTA et ETION, il semble que les entrepreneurs de moins de 35 ans possèdent la même motivation que n’importe quel autre indépendant : être son propre patron. Ensuite, l’entrepreneuriat doit leur permettre de déterminer eux-mêmes leurs propres horaires et d’exploiter leur créativité.

Tout bénéfice, également pour la société en général

L’objectif principal des jeunes entrepreneurs est de faire croître leur activité et d’en tirer du profit. Rien de très étonnant à cela. Mais le fait de placer leur ambition de contribution sociétale à la 3ème position est assez surprenant. Seuls 51% des jeunes entrepreneurs estiment leur rôle sociétal important, voire essentiel.

Et ce qui est encore plus frappant, ce sont les objectifs qui sont écartés par les jeunes entrepreneurs. Ils ne visent pas la croissance de leurs effectifs, ni l’internationalisation, ni les acquisitions, ni la revente de leur activité, et encore moins une entrée en bourse.

Elon Musk et Marc Coucke comme modèles

La modeste ambition des jeunes entrepreneurs ne se reflète toutefois nullement dans la liste des entrepreneurs à qui ils cherchent à ressembler. On peut difficilement reprocher à Elon Musk et Marc Coucke d’être modeste, ce qui n’empêche pas d’être souvent cités. Et que Marc Coucke soit aux côtés d’Elon Musk illustre bien que nos jeunes entrepreneurs ne doivent pas (nécessairement) chercher loin pour trouver leurs modèles. Sans parler de la majorité des répondants qui prennent exemple dans leur propre famille. Le fait qu’un enfant d’indépendant ait l’entrepreneuriat dans le sang semble donc se vérifier.

Climat de l’entrepreneuriat : peut mieux faire

Pourquoi les jeunes entrepreneurs sont-ils plus modestes que leurs modèles ? Il existe vraisemblablement quelques obstacles sur leur route. L’incertitude financière semble être la crainte logique qui taraude les débutants. L’obstacle de la mobilité semble être devenu moins insurmontable. 56% d’entre eux s’inquiètent surtout de la lourde charge administrative. Ce qui semble unanime est la critique émise par les jeunes indépendants à propos du climat des affaires dans notre pays :  76% estiment que l’État belge ne soutient pas assez les entreprises. 85% trouvent que durant les études secondaires, on attire trop peu l’attention sur l’entrepreneuriat.