L’intelligence artificielle : un super-outil de conseil

L’intelligence artificielle est un sujet que j’aborde régulièrement lors d’événements. Je reste souvent quelque peu surpris devant le manque de connaissance de ce que représente l’IA. Cette méconnaissance peut même – on le comprendra – entraîner de la crainte. Lors d’un séminaire, quelqu’un m’a posé cette question : « Devrons-nous un jour faire appel à des robots et non plus à des recruteurs ? »

J’ai répondu que personnellement j’étais convaincu des opportunités offertes par l’IA, et de son apport dans le processus de sélection et de recrutement de personnel. L’utilisation de l’intelligence artificielle peut notamment nous aider à ne pas passer à côté de candidats potentiels. Nous pourrions les repérer au sein de notre propre personnel, et les affecter à d’autres fonctions. Nous pouvons écarter toute partialité. Nous pouvons ajuster notre offre afin qu’elle suscite plus d’intérêt. Et ce ne sont là que des exemples. Pour en faire le meilleur usage, il faut d’abord comprendre ce que l’IA représente concrètement. Reprenons la remarque formulée par mon interlocuteur sur l’avancée technologique des robots :  l’IA n’est pas destinée à remplacer l’humain. Nous ne devons pas croire que l’IA va résoudre tous nos problèmes, mais plutôt qu’elle va nous aider à filtrer et à traiter de grandes quantités d’informations, pour ainsi former l’épine dorsale d’un processus en amélioration constante. Considérons-la comme un super-outil de conseil qui nous permet de déterminer de façon affinée quel serait le bon candidat pour une fonction spécifique, et sur base de quels critères sélectionner ce candidat.

Établir des liens

Si nous sommes en phase avec ce prérequis – l’IA ne va pas nous remplacer mais nous soutenir – nous pouvons passer à l’étape suivante : Quelle est la valeur ajoutée sur le plan du contenu ? J’ai eu à ce propos une intéressante discussion avec l’une de mes relations, qui me disait : « J’utilise Power BI pour classifier les informations. Je vois quels sont les éléments communs, et je les incorpore dans mes décisions. » Je lui ai dit qu’une telle approche n’a rien à voir avec de l’IA. Mon interlocuteur ne fait qu’établir une corrélation suivant deux axes, par exemple le facteur temps et le type de demande. Mais dans le cas présent, l’IA ne va pas prendre en compte 2 facteurs, mais effectuer des analyses basées sur 50 éléments pouvant être reliés. En mettant 50 facteurs différents au service de mon analyse, je peux alors, grâce à l’intelligence artificielle, établir des connexions qui sinon ne m’apparaîtraient jamais.

Découvrir les tendances

La grande force est de pouvoir utiliser une multitude de données pour aboutir à une analyse fondée. Encore faut-il utiliser les bonnes données. Nous devons pour cela nous poser la question du ‘Pourquoi’ : Quel est l’objectif que je veux atteindre en utilisant l’IA ? Qu’est-ce que je veux découvrir ? En étudiant attentivement l’input et en sachant l’évaluer, vous pouvez franchir des étapes intéressantes avec votre output. Prenez l’input créé par les diverses données connues d’un candidat : ses compétences, ses hobbys, les traits de sa personnalité, etc.  Et ensuite à l’output de la mission : la mission est-elle bien réalisée ; faut-il s’attendre à du retard ; au départ, candidat et mission étaient-ils en accord ? En considérant chaque caractéristique comme l’un de notre cinquantaine de facteurs, nous pouvons lancer l’analyse et déjà découvrir les tendances. Sur base de celles-ci, nous pouvons tirer des conclusions qui vont nous servir à affiner notre processus de recrutement. Considérons cela comme une chaîne reliant l’input et l’output, que nous allons constamment améliorer en se basant sur les connaissances acquises par l’utilisation de l’IA. Nous pouvons ainsi prédire avec plus d’assurance si, par exemple, les compétences et l’expérience d’un candidat potentiel indiquent la possibilité de le reconduire dans une mission à hauteur de 75%.

Donner de la transparence au processus de recrutement

Je trouve que l’un des meilleurs effets qu’apporte l’utilisation de l’IA est celui de rendre les processus de recrutement totalement transparents, en écartant le risque de partialité. On ne sélectionne pas sur base du nom ou du visage, et grâce à un processus ‘impartial’, on obtient bien souvent des conclusions pour le moins surprenantes. On peut ainsi offrir leur chance à des candidats qui peut-être ne seraient jamais sortis du lot. Nous arriverons non seulement à franchir des étapes essentielles vers un marché du travail inclusif, mais nous augmenterons également nos chances de dénicher le candidat idéal pour chaque fonction à attribuer.

Chris Neddermeijer is Director Product Strategy and co-founder of Nétive VMS

Voir tous les articles de Chris Neddermeijer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *