Rapport par pays de la CE : Critiques sur la rigidité excessive du marché du travail en Belgique

Dans le rapport par pays de la Commission européenne, la Belgique obtient de bons résultats en matière d’égalité des genres et d’égalité de revenus, mais n’obtient que des résultats mitigés en matière des taux de participation au marché du travail. Il faut également qu’elle accorde plus d’attention à la protection sociale encore limitée des travailleurs indépendants.

Chaque année, la Commission européenne publie un rapport par pays. Ce rapport indique comment chaque pays se situe au regard des 20 droits et principes qui forment le pilier des droits sociaux. Le rapport n’est pas juridiquement contraignant, mais il fournit des recommandations à chaque pays membre.

Le rapport indique que notre marché du travail est en amélioration, mais que nos taux de participation restent faibles, en particulier au niveau du groupe des peu qualifiés, des personnes issues de l’immigration et des travailleurs âgés. En 2017, le taux d’inactivité dans notre pays était de 23,4%, ce qui est nettement supérieur à la moyenne de l’UE de 20,4%. Malgré un taux de vacance élevé – 3,5% contre une moyenne européenne de 2,1% – certains groupes n’ont pas voix au chapitre.

Incitants financiers

Heureusement, tout n’est pas malheur et désespoir. Ainsi, la Belgique obtient des résultats au-dessus de la moyenne en matière d’égalité de revenus. En comparaison avec d’autres pays européens, notre pays présente aussi des résultats bons à satisfaisants dans les domaines de l’égalité des genres et de l’équité dans les conditions de travail.

Dans le rapport, la Commission européenne donne également un aperçu des recommandations faites à la Belgique les années précédentes, recommandations que cette dernière n’a toujours pas suivies. Par exemple, la réduction des incitants financiers afin de favoriser le travail n’a que peu progressé. Ces obstacles s’appliquent également à la deuxième source de revenus, principalement les femmes. Ce qui explique notamment la quote-part élevée du travail à temps partiel chez les femmes (40,9%).

La Belgique reste le seul pays où les allocations de chômage ne sont pas limitées dans le temps, même si elles diminuent progressivement.

La protection sociale à la traîne

Malgré un système de redistribution sociale efficace, il existe encore en Belgique des foyers de pauvreté, car une partie de la population n’a pas accès au marché du travail. En comparaison avec d’autres pays, les personnes handicapées sont plus exposées au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale.

Le rapport de la Commission européenne décrit non seulement la situation économique d’un pays, mais examine également la manière dont ce pays aborde les réformes demandées par l’Europe. La Belgique fait seulement des progrès limités dans la réduction de la pression du paquet réglementaire et administratif qui vise à stimuler l’entrepreneuriat.

Le rapport critique également l’approche de la protection sociale de travailleurs spécifiques. La Belgique est à la traîne lorsqu’il s’agit des indépendants. Et de mettre en évidence que tous les travailleurs indépendants n’ont pas officiellement accès aux allocations de chômage et aux indemnités en cas d’accident et d’accident du travail. Le rapport de la Commission européenne conclut : ‘Les inégalités doivent être éliminées.’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *