"Exploring the future of work & the freelance economy"

Les employeurs belges optimistes à l’aube de 2019

Selon le Baromètre ManpowerGroup publié ce jour, l’activité de recrutement devrait se poursuivre au même rythme au cours du 1er trimestre 2019. En effet, 8% des 752 employeurs belges sondés fin octobre par ManpowerGroup prévoient d’augmenter leurs effectifs d’ici la fin du mois de mars 2019, alors que seulement 3% prévoient de les réduire. 86% d’entre eux n’anticipent aucun changement. Après correction des variations saisonnières, la Prévision Nette d’Emploi(*) – ou le différentiel entre le pourcentage d’employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements – atteint la valeur optimiste de +6, au même niveau que lors du trimestre précédent. C’est une hausse de 3 points par rapport au 1er trimestre 2018.

 

« Notre baromètre affiche un solde positif pour le 7e trimestre consécutif et les intentions de recrutement des employeurs se sont concrétisées par des embauches tout au long de l’année 2018, principalement dans le secteur privé », explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. « Aujourd’hui, la dynamique sur le marché du recrutement s’intensifie alors que l’on assiste à un léger ralentissement sur le marché du travail intérimaire. Confrontés à des difficultés de recrutement en raison des pénuries de main d’œuvre, les employeurs sont prêts à offrir plus rapidement des contrats à durée indéterminée afin de capter les talents dont ils ont besoin.» Pour Philippe Lacroix, il convient cependant de se montrer prudent face à l’avenir : « Ces prévisions optimistes pourraient rapidement être remises en cause en raison des incertitudes liées au contexte géopolitique, qu’il s’agisse de l’évolution de la situation politique en Belgique, de l’issue du Brexit ou du climat économique en général. »

Optimisme dans les trois régions

Les perspectives d’emploi pour le prochain trimestre sont positives dans les trois régions du pays. L’activité de recrutement devrait être plus intense en Flandre (+6) qu’à Bruxelles (+3) et en Wallonie (+3) où, dans ces deux régions, les intentions de recrutement reculent de 3 points par rapport au trimestre précédent.

Prévisions positives dans tous les 10 secteurs sondés

Les employeurs de tous les 10 secteurs sondés prévoient de créer de nouveaux emplois au cours des trois premiers mois de 2019. C’est dans le secteur des Industries extractives que l’on trouve les prévisions les plus optimistes et les plus fortes depuis plus de sept ans (+12). L’analyse des résultats laisse apparaître des intentions de recrutement encourageantes dans plusieurs secteurs clés, notamment la Construction (+9), le Transport et la logistique (+7), la Finance, l’assurance, l’immobilier et les services aux entreprises (+6) et l’Horeca (+5). En revanche les prévisions d’embauche sont plus modestes dans les Services publics, l’éducation, la santé et les services collectifs (+4), l’Industrie manufacturière (+2) ou le Commerce (+2).

D’un trimestre sur l’autre, la Prévision Nette d’Emploi s’améliore dans 4 secteurs et se détériore dans cinq secteurs. D’une année sur l’autre, les intentions de recrutement progressent également dans huit secteurs.

Embauches en vue dans les grandes et les moyennes entreprises

Les employeurs des quatre segments d’entreprise selon la taille de leurs effectifs anticipent une activité de recrutement positive au cours période allant de janvier à mars 2019. Ce sont les employeurs des grandes entreprises (≥ 250 travailleurs) et des moyennes entreprises (50-249 travailleurs) qui rapportent les Prévisions Nettes d’Emploi les plus fortes (+28 et +24 respectivement). Les intentions de recrutement sont plus prudentes dans les segments des petites entreprises (10-49 travailleurs et des microentreprises (< 10 travailleurs), avec des Prévisions Nettes d’Emploi à +3 et à +4.