Work In Progress : positivité et dynamise d’un documentaire annoncé

Si le Future of Work est sur toutes les lèvres et dans bien des écrits, Samuel Durand l’inscrit désormais dans l’univers audiovisuel. Jeune auteur et producteur, Samuel s’est lancé le défi du documentaire. Le voyage filmé “Work In Progress” appuie la question du sens et donne un sacré coup de projecteur sur les nouvelles manières de travailler.

Vue impressionnante sur le palais de justice, immeuble baigné de soleil, ambiance décontractée, c’est au 7ème étage du Comet Meetings (un rooftop sublime en plein cœur de Bruxelles) que nous nous réunissons pour assister à la projection du documentaire “Work In Progress”. Table ronde sur le futur du travail en guise de préambule, le moment risque bel et bien de captiver les esprits.

Briser la caricature

Pour amorcer le débat, Samuel Durand s’interroge sur le travail de demain et sur la valeur que nous lui accordons. Au fond, c’est le moment de changer de lunettes, de remettre en cause une vision bien trop négative du travail et de faire émerger la partie passionnante de l’iceberg. “Il est temps de casser la caricature du salariat triste et monotone. Aujourd’hui, pensons à ce qui le rend vivant et à ce qui nous éclate en tant que salarié.” Parfois il suffit de petits ajustements pour trouver un environnement de travail agréable, d’un management innovant pour s’identifier davantage à une entreprise. Et parfois, il est nécessaire de remettre en question son activité pour mieux s’envoler. À travers Work In Progress, Samuel Durand défend le travail porteur de sens et générateur de projets, le travail qui donne le smile.

 La réalité c’est qu’il y a une diversification des formes d’emplois avec, en parallèle, un développement du travail indépendant et une émergence des modèles atypiques.

Le Futur of Work c’est ici et maintenant

“Travailler c’est réaliser quelque chose et se réaliser soi-même. Aujourd’hui, il faut quitter la vision monolithique du salariat. La réalité c’est qu’il y a une diversification des formes d’emplois avec, en parallèle, un développement du travail indépendant et une émergence des modèles atypiques.” explique Denis Pennel, spécialiste en ressources humaines. Le salariat n’est pas mort, il se réinvente et s’adapte à nos horaires, nos besoins, à nos comportements sociaux… C’est l’effet de consumérisation du travail telle que définie par notre expert. L’identité d’une entreprise (la marque employeur) autant que l’attractivité du package salarial peut faire toute la différence dans le choix d’une voie professionnelle. “L’environnement, l’ambiance de travail, la responsabilisation des employés et leurs ambitions déterminent également leur degré d’épanouissement” ajoute Victor Carreau, co-fondateur et CEO de Comet Meetings.

Avec les nouvelles techniques de management, on va avoir une série de cartes en main pour aller chercher du sens, pour mieux travailler et se sentir plus épanoui.

Faire la balance entre socialisation et solitude

Nous le verrons, le documentaire jette les bases du travail de demain, un monde bâti sur l’hybridation, la flexibilité, mais aussi le sens du collectif. “Je pense qu’il est important d’avoir une segmentation entre socialisation et solitude. Dans le domaine de la production, par exemple, on sera beaucoup plus heureux en étant seul. L’hybridation se fera en fonction de nos modes d’interaction et de notre personnalité.” poursuit Victor Carreau. “Avec les nouvelles techniques de management, on va avoir une série de cartes en main pour aller chercher du sens, pour mieux travailler et se sentir plus épanoui. Même sans télétravail, on aura la possibilité de flexibiliser notre emploi. En Belgique, le remote working n’est pas la lame de fond du monde du travail, la flexibilisation l’est.” ajoute Sébastien Cosentino, expert du marché du travail chez Randstad Group Belgium.

Projecteur en marche

Citations fortes, corps en mouvement, paysages nuancés et musiques prenantes : il n’y a pas à dire, le documentaire retranscrit bien le mood “Futur of Work”. Le spectateur plonge dans l’aventure de Samuel Durand et voyage parmi huit expériences bien distinctes, un panel bigarré de témoins et d’experts qui accroche l’attention. Entre digital nomads, entreprises en full remote, communautés, créateurs et freelances…, les modes de travail se suivent et ne se ressemblent pas. Le jeune producteur parvient parfaitement à coudre toutes les expériences entre elles et à résumer les aspirations des talents de demain.

Innovation, confiance et relation

Work In Progress pose avant tout la question du sens. Que veut dire “travailler”? Comment accorder valeurs et travail ? Dans quelle activité trouver son bonheur ? Avec la pandémie et les confinements successifs, les travailleurs ont vu leurs habitudes se déformer. Ils se sont mis à avoir le temps, le temps de se réinventer et de questionner leurs choix professionnels. Pour certains, le sens trouve sa place dans l’innovation, pour d’autres, il s’articule autour de la confiance d’un collaborateur et pour d’autres encore, il s’épanouit dans un espace de travail riche en relations. Et si hier, nous pensions manquer d’outils pour matérialiser nos ambitions, aujourd’hui, n’importe qui est en mesure de donner vie à son projet, de créer du contenu et de le diffuser. Le numérique est un accélérateur puissant de satisfaction !

Pas qu’une manière d’être heureux

Au gré des rencontres, d’Amsterdam à San Francisco, en passant par Barcelone, Samuel Durand tire ses propres leçons. Au fond, la valeur du travail est fonction de chaque individu. Il existe autant de manières d’être heureux et de trouver du sens au travail qu’il y a de personnes concernées. Et s’il y a bien un dénominateur commun à chaque témoignage c’est l’importance du collectif. La création, le partage, la transmission, le sentiment de façonner un pan de la société, mais aussi d’être utile…, voilà pourquoi les gens se lèvent le matin, voilà pourquoi ils s’enthousiasment et progressent ensemble.

Et parce que la création n’a pas de limites, Samuel Durand propose également une adaptation de son documentaire en bande dessinée. Entouré d’une équipe de confiance, il dessine le Futur of Work pour les 12-25 ans.

Le documentaire co-réalisé avec l’agence vidéo KÖM et soutenu par des entreprises de choix, dont Randstad et Comet, est disponible sur les plateformes Welcom Originals et Salto.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *